• bbs
    BBS 7décembre - La question de la vie privée du point de vue des médias sociaux : enjeux publics et politiques

Repenser l’Évaluation comme levier supplémentaire d’apprentissage au XXIe siècle – Appel à réflexion

Repenser l’Évaluation comme levier supplémentaire d’apprentissage au XXIe siècle – Appel à réflexion

La seconde phase d’enseignement à distance imposée par l’évolution de la pandémie de COVID-19 montre que loin d’être une simple parenthèse avant de revenir à la « normale », l’enseignement à distance et plus particulièrement les examens à distance vont devenir une pratique qui va s’imposer durablement et devenir de plus en plus courante en intégrant les méthodes pédagogiques des hautes écoles.

La question cruciale qui se pose dès lors est celle de la garantie de la qualité des diplômes délivrés. Dans le cas particulier des évaluations à distance, il s’agit de s’assurer des conditions dans lesquelles ces évaluations se déroulent et en particulier du contrôle d’identité des étudiants. Ceci est donc directement en lien avec des craintes de triches de toutes natures. A distance, signifie que l’étudiant est loin des yeux et que loin des yeux, il peut, et donc qu’il va forcément tricher. La solution qui semble largement adoptée pour y faire face consiste à rechercher des solutions purement « technicistes » aussi appelé « solutionnisme »[1]. Les examens à distance s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication, il est tentant d’avoir recours à ces technologies pour mettre les étudiants sous étroite surveillance avec comme objectif l’éradication de la triche. Ces méthodes sont regroupées sous le terme de « proctoring ». Elles visent à surveiller l’étudiant soit pour empêcher la triche, soit pour détecter la triche de façon la plus automatisée possible. Elles reposent sur des techniques de plus en plus sophistiquées qui complexifient pour les étudiants, mais aussi pour les enseignants la mise en place et le passage d’un examen. Elles posent aussi par principe une présomption de culpabilité pour l’étudiant, si ce n’est de tricher, au moins de vouloir tricher.



Dessinons un FacLab à l’Université de Genève

Pendant le festival d’innovation ouverte Open Geneva 2018, un hackathon intitulé « Dessine-moi un FacLab » s’est tenu les 13 et 14 Avril dans les locaux de la bibliothèque du Centre Universitaire d’Informatique (CUI) à Battelle. Pendant ces deux jours, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées pour co-créer et imaginer un FacLab impulsé par l’Université de Genève. Parmi les participant∙e∙s, toutes les composantes de l’Université étaient représentées ainsi que des personnes extérieures d’horizons divers qui ont vu dans cette initiative une opportunité pour l’ensemble de la Cité.



Un outil souple pour la gestion de projet en groupe

Trello fait partie des outils de gestion de productivité visuel en ligne souples qui ont émergé récemment. Leur intérêt est de proposer des mécanismes de gestion de projet en groupe légers, mais efficaces. Ils peuvent aussi bien être utilisés individuellement, comme une to-do-list, que pour gérer des projets à réaliser en petites équipes, comme un projet en groupe pour un cours à l’Université

Le recours à des outils de communication simples du type messagerie avec des groupes WhatsApp par exemple permet de faciliter la communication entre les membres du groupe de projet en créant un canal d’échanges dédié au projet. Il reste cependant limité dans les capacités à coordonner et synchroniser les activités du projet. Les outils du type Trello proposent une solution légère et souple.



Méthode pour la production de travaux vidéo par des étudiants débutants

Les vidéos prennent une place de plus en plus importante dans la vie étudiante: les MOOCs, Youtube, la Khan Academy, et au sein de l’Université de Genève, Mediaserver. Par ailleurs, les équipements mobiles de type tablette (ou, encore plus généralisé dans la population étudiante, les smartphones) sont équipés de caméras vidéos et de logiciels de capture, ce qui place cette technologie à la portée de la communauté académique.

De plus, certains professeur·e·s expriment le souhait de proposer des projets vidéo. L’objectif n’est pas en soi de réaliser une vidéo, mais de demander un rendu de travail qui se fasse sous la forme d’une vidéo plutôt que d’un document écrit.

La littérature sur le sujet montre une abondance de méthodes de création de vidéos pour les enseignant·e·s, ainsi qu’un grand nombre d’articles sur les bienfaits de la création de vidéos par les étudiant·e·s. Il n’existe par contre que très peu de ressources sur la conception de vidéos par les étudiant·e·s.



Les jeux vidéo, une révolution pédagogique?

« Les jeux vidéo, une révolution pédagogique? » C’est le titre choisi pour l’une des conférences qui se sont tenues durant la Geneva Game Convention                                                 2017 à Palexpo sous forme de tables rondes.

Cette conférence a réuni: Nicolas Szilas (FPSE – Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation – UNIGE), Eric Leguay (École Nationale du Jeu et des Médias Interactifs Numériques, Angoulême) Paul Oberson (DIP et Service école média) et Romain Vincent (Collège de l’Europe & Université Paris 13).