• voeux 2021
  • Partages d'expérience en enseignement : Venez découvrir les pratiques créatives de vos collègues!
  • prix de l'innovation

Tag : enseignement à distance

5 idées d’activités pour « réveiller » vos étudiants derrière leurs écrans

(ce billet est proposé par Jue Wang Szilas et Nicolas Szilas)

C’est jeudi… déjà plus de trois jours devant son écran à écouter les profs parler depuis Zoom… le bureau est plus grand, la chaise est plus confortable, mais quand même, on attend de l’université une activité un peu plus stimulante !

En enseignement à distance et en direct, en visio-conférence, le cours donné quasiment à l’identique pour des élèves à distance est un pis-aller (nous l’écrivions dans un précédent billet). Mais alors que faire de ces périodes de cours, si on ne fait pas cours ? Dans ce billet, nous vous proposons cinq idées, certaines pour de grandes classes, d’autres pour de plus petites, qui tendent à montrer qu’être à distance présente, malgré les idées reçues, des avantages certains pour la formation. Alors pourquoi s’en priver ?

1.   Travail de groupe : les bienfaits de la téléportation

Que votre interlocuteur soit dans la pièce à côté ou sur un autre continent, cela ne change pas grand-chose dans la communication virtuelle, seule compte la topologie du réseau d’interconnexion entre les personnes d’une classe. Et cette topologie peut changer d’un coup de baquette magique. Ainsi, alors que la disposition spatiale de la classe (une estrade unique et de nombreuses tables/chaises) est conçue pour une topologie en étoile, la communication virtuelle permet d’adopter d’autres topologies, notamment en îlots, qui est celle du travail de groupe. Et surtout, de passer instantanément d’une configuration à l’autre.

Finis les grincements de chaise, les inévitables « chahuts » lors de la réorganisation de la classe, vous pouvez facilement alterner travail de groupe et travail en classe entière, et ce même pour des grandes classes. Sur Zoom par exemple, il est possible de créer des sous-groupes manuellement (voir par exemple ce court tutoriel), mais aussi automatiquement. On peut aussi préparer la constitution des groupes avant le démarrage du cours.



Trois principes à ne jamais perdre de vue quand on bascule son cours à distance

Nous avons tous connu ce passage brutal à l’enseignement à distance au printemps 2020, quand il a fallu en urgence transformer tous nos cours donnés en modalité présentielle en cours à distance. On a improvisé, on a bricolé, on a parfois innové, on a eu du mal mais on y est arrivé.

Même si l’Université de Genève a choisi à l’automne un « retour à la normal avec les masques », ce qui n’a guère poussé l’enseignement à distance, j’encourage les enseignants à tester plus en avant cette possibilité : elle est une protection antivirale indéniable, mais pas que.

Au printemps, nous avons été parachutés tout nus dans la jungle du «e-learning», il ne s’agit pas d’y retourner dans les mêmes conditions, mêmes un peu aguerris par l’expérience. Le temps était à l’urgence, il est aujourd’hui à la préparation. Munis de nos cartes, crayons, livres, machettes et autres boussoles, nous pouvons explorer cette jungle avec d’avantage de sérénité, pour y découvrir son étonnante richesse. Et pour cela, je vous propose trois principes, faciles à comprendre, mais  faciles à … ne pas suivre. Je les écris donc pour vous lecteurs, mais aussi pour moi, à présent enseignant à distance.

Principe n° 1 : La modalité du « cours filmé en direct » est un pis-aller.

Nous l’avons beaucoup utilisée dans l’urgence, mais si on peut préparer en avance, ce n’est pas le meilleur choix. Il y plusieurs raisons à cela. D’une part, votre cours filmé sera toujours moins intéressant quand il est suivi à distance. L’interaction, même minime, avec votre auditoire est ce qui lui donne cette énergie et cette « présence », justement. D’autre part, comme la plupart des cours donnés à l’université sont très peu interactifs, autant vous pré-enregistrer pour ces sessions peu interactives, et les diffuser sous forme de vidéos. Les étudiants apprécient beaucoup ce format, qui leur permet d’absorber le contenu à leur rythme (consulter le cours à sa guise, faire une pause, accélérer, etc.). De manière générale, on a pu constater dans le domaine des technologies éducatives que la transposition « mot à mot » d’une activité en présence vers un format numérique n’est jamais une bonne solution. C’est comme regarder du théâtre filmé, ou une mauvaise adaptation cinématographique d’un livre, qui déçoit les personnes qui ont lu le livre.

Mais si je donne mon cours en vidéo, je fais quoi pendant les heures de cours ? C’est ici qu’intervient notre deuxième principe, cher à tout ingénieur techno-pédagogique qui se respecte…



Rentrée académique 2020: du nouveau sur Moodle@UNIGE

La plateforme Moodle a été mise à jour cet été et offre de nouvelles fonctionnalités:

Partage de fichiers

La nouvelle activité, « Partage de fichiers », permet le partage de fichiers par les participant-es selon les fonctionnements décrits dans la capture d’écran ci-dessous:

Liste Mes cours

Votre liste de cours sur la page « Mes cours » comporte de nouvelles fonctionnalités :

Le menu de gauche permet soit de voir l’ensemble de cours (« Tout »), soit de créer une liste de « Favoris » ou à l’inverse, de retirer de la liste principale les cours qu’on ne souhaite pas suivre actuellement (par exemple les anciens cours) grâce à la liste « Retirés de l’affichage ». Pour déplacer les cours dans dans les différentes listes, cliquez sur le bouton « … » en face du titre du cours.

Le menu de droite permet de trier ces 3 listes soit de façon alphabétique, soit par date de la dernière visite.

Feedback audio dans les Devoirs

Il est à présent possible d’enregistrer un feedback audio (d’une durée maximale de 5 minutes) lorsqu’on évalue un devoir. Cette fonctionnalité est accessible dans le « feedback par commentaires »:

En savoir plus sur le feedback dans les Devoirs Moodle

Restaurer des activités supprimées par erreur

Lorsqu’une activité ou une ressource est supprimée, elle est stockée dans la corbeille pendant 28 jours, d’où vous pouvez soit la supprimer définitivement, soit la restaurer:

Consulter la fiche pratique

A noter également que l’UNIGE a lancé le nouveau Portail pour l’enseignement à distance et hybride, qui propose un grand nombre de ressources utiles pour préparer vos enseignements et provenant de différents services et facultés de l’Université. Il contient notamment une section consacrée à la prise en main de Moodle. Nous vous invitons à explorer cet espace qui sera enrichi au fil des mois.



Enseignement en ligne en urgence : témoignage de Daniel Schneider

Daniel Schneider, professeur à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève, enseigne à l’unité TECFA (Technologies de Formation et Apprentissage).  

Une partie de son enseignement est déjà dispensé en ligne, il a dû néanmoins adapter certains cours nécessitant normalement des journées entières de formation en présence. Afin de diminuer le temps passé sur Zoom, il a choisi de renforcer la pédagogie en classe inversée. Pour améliorer la gestion de projet par les étudiants à distance, il a notamment utilisé Kanban board. 

Pour aider ses collègues enseignants à faire face à la criseil notamment mis en place sur son wiki un portail de l’enseignement à distance en urgence. 

Retrouvez dans nos précédents billets, le témoignage de Priscilla Soulie, de Jérémy Lucchetti & Jérôme Kasparian, de Cécilia Mornata & Aurélie Picton, de Lucie Mottier Lopez et le retour des étudiants sur l’enseignement en ligne de ces derniers mois.



Enseignement en ligne en urgence : témoignage de Lucie Mottier Lopez

Lucie Mottier Lopez, professeure à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève, explique comment elle a basculé ses enseignements à distance.

En présentiel, son dispositif de formation est basé essentiellement sur des travaux collaboratifs inter-groupes et des contrôles continus. Une de ses difficultés a été de réussir à garder cet esprit collaboratif. En effet, elle a constaté que les étudiant-es n’étaient pas spécialement à l’aise avec ces outils collaboratifs, tels que Google doc et utilisaient des canaux de communication plus classiques, comme les groupes sur les réseaux sociaux.

Ses ardeurs pédagogiques ont été freinées par les craintes exprimées par les étudiants face à la surcharge de travail. Elle a donc revu ses ambitions et les a adaptées à la situation. Pour stimuler la motivation des étudiants, elle a dû être plus proactive, plus présente personnellement et expliciter plus sa logique d’enseignement.

Retrouvez dans nos précédents billets, le témoignage de Priscilla Soulie, de Jérémy Lucchetti & Jérôme Kasparian, de Cécilia Mornata & Aurélie Picton et le retour des étudiants sur l’enseignement en ligne de ces derniers mois.