• voeux 2023
  • prix de l'innovation
  • Appel à contribution pour l'EUA Forum 2023
    2023 European Learning & Teaching Forum at The University of Deusto (Bilbao, Spain)
  • Ciel cherche: rédacteurs/trices

Tag : compétences numériques

makeITeasy : plateforme d’auto-formation aux compétences numériques

Lors d’un de notre précédent billet, nous vous avons parlé du référentiel de compétences numériques de l’UNIGE. Il est maintenant temps de vous présenter son opérationnalisation, à savoir la plateforme makeITeasy.

Cette plateforme a pour objectif de permettre à l’ensemble de la communauté universitaire (étudiants-es, enseignants-es, personnels administratifs) de s’auto-former aux compétences numériques. Pour cela, la plateforme makeITeasy comprend 3 fonctionnalités : 1) test d’auto-positionnement, 2) présentation du profil numérique et 3) recommandation des cours. La figure ci-dessous schématise les 3 fonctionnalités ainsi leur séquencement.

Expliquons maintenant plus en détail chaque fonctionnalité de la plateforme.

Test d’auto-positionnement

Test d’auto-positionnement

Le test d’auto-positionnement présente à l’utilisateur une série de situations où l’usage de compétences numériques spécifiques est nécessaire. À la fin de chaque situation, la plateforme propose à l’utilisateur une série d’affirmations dont il doit indiquer s’il est capable (ou non) d’y répondre. Si la réponse est positive, alors la compétence est potentiellement considérée comme acquise et non acquise dans le cas contraire. Il est à noter que chaque compétence est interrogée plusieurs fois dans différentes situations, ce qui permet de déterminer de façon plus pertinente en fonction de l’ensemble des réponses si la compétence peut être considérée comme acquise ou non.

La figure ci-dessous présente un exemple de situation sur lequel l’usager devra répondre.

En répondant objectivement à l’ensemble des affirmations de chaque situation, la plateforme dressera précisément le profil de compétences de l’usager-ère.

Profil numérique

Profil numérique

Après avoir effectué le test d’auto-positionnement, l’utilisateur-trice aura la possibilité de visualiser son profil numérique. La présentation de son profil se fera tout d’abord globalement où le niveau de chaque domaine de compétences sera présenté.

Comme nous le montre la figure ci-dessus, la présentation des compétences pourra prendre plusieurs formes (e.g., histogramme, radar).

L’usager pourra ensuite zoomer sur un domaine de compétences spécifique pour y obtenir une présentation détaillée de niveau de chaque compétence.

La présentation visuelle de chaque compétence variera en fonction de son statut : non-acquis, en cours d’acquisition et acquis.

Présentation et recommandation des formations

Présentation et recommandation des formations

Sur la base des compétences acquises respectivement non acquises, la plateforme présentera à l’utilisateur les formations qui lui permettront de développer ses compétences.

Notez qu’il sera également possible de consulter l’ensemble de l’offre de formation développant les compétences numériques sans recommandations.

Chaque formation sera décrite par un résumé ainsi qu’un ensemble d’informations clés (format, langue, durée, etc.) dont les compétences numériques prérequises ainsi que celles qui seront développées.

Deux boutons permettent respectivement à l’usager de s’informer sur les conditions d’inscription à la formation et d’informer la plateforme s’il va la suivre. Notez que lorsque l’usager termine une formation il peut réévaluer uniquement les compétences qu’il a développé lors de cette dernière et ainsi mettre à jour son profil numérique.

Grâce à makeITeasy, chaque usager de l’UNIGE sera à même de prendre en main le développement de ses compétences numériques.

Pour de plus amples informations sur l’outil, veuillez contacter par email l’équipe projet : makeiteasy@unige.ch.



Le e-Portfolio Mahara comme environnement d’apprentissage

Les e-portfolios sont des systèmes de gestion de contenus (CMS) spécifiques à la création et au partage de portfolios, mais leurs affordances sont nombreuses et se prêtent bien aux usages variés des activités d’enseignement et d’apprentissage. La plateforme open source Mahara, mise à disposition institutionnellement par l’UNIGE (Portfolio@Unige.ch), est une plateforme qui peut servir d’environnement d’apprentissage personnel (EAP) aux enseignant-es et aux apprenant-es, pour créer, gérer et partager des pages web, en tant qu’individu ou membre d’un groupe. Ces pages peuvent afficher une variété de types de contenus statiques (textes, vidéos, liens, documents, images) et dynamiques (blogs internes, CV, plans de travail), et intégrer des contenus des sources externes par flux RSS (blogs, réseaux sociaux, Google Apps, médias).

Les environnements numériques d’apprentissage personnel ont la particularité de mettre l’individu au centre et non l’institution, la classe ou l’enseignant-e, comme le font les LMS du type Moodle. Dabbagh et Kitsantas (2012) ont décrit comment les diverses technologies et outils numériques offerts peuvent favoriser les processus d’autorégulation proposés par Zimmerman (2000) : la planification, la performance et la volition, et l’autoréflexion. Au niveau de la planification d’un apprentissage ou d’un projet, Mahara permet aux individus ou aux groupes de collectionner et agréger des contenus et ressources liées aux tâches ou étapes prévues. Lors de la performance et la volition (mise en œuvre), ces ressources sont organisées en pages ou collections et partagées avec l’équipe enseignante ou les pairs. Une fois une première présentation finalisée, commence le processus d’autoréflexion ainsi que la réflexion sur l’ensemble des ressources et produits liés aux tâches du cours ou au projet final. Si les auteur-es l’autorisent, les membres de la communauté peuvent les consulter et laisser des commentaires.



La vidéo pédagogique

Dans une époque où l’utilisation des nouvelles technologies augmente en continu, des nouvelles pratiques s’affirment également dans le contexte de l’enseignement, de l’éducation et de la formation.

L’adoption et l’intégration des technologies digitales s’étendent à l’ensemble des dispositifs de formation, de la formation initiale à la formation continue et professionnelle, et le recours à la vidéo dans ces différents contextes est de plus en plus fréquent.

Un certain nombre de capsules vidéo développées dans l’enseignement supérieur sont en libre accès sur internet, pour leur réutilisation simple. Ces productions donnent un bel aperçu des multiples possibilités de réalisation des vidéos et peuvent donner des indices pour la production d’un projet d’enseignement personnel.

La vidéo que l’on inclut dans l’enseignement n’a pas besoin d’être parfaite ni de couvrir entièrement le sujet enseigné. Elle peut juste servir d’amorce à la thématique que l’on aborde pour lancer un débat, favoriser l’interactivité avec les étudiant-es et déconstruire leurs représentations avant de leur transmettre le contenu du cours.

Le Pôle de soutien à l’enseignement et l’apprentissage (SEA) et le centre de compétences MédiasUnis des Activités culturelles s’unissent pour proposer une vidéo informative sur ce qu’est une (bonne) vidéo pédagogique.



Une approche à trois niveaux pour soutenir la transformation numérique de la formation continue

Ce billet est proposé par la Dr. Patrizia Birchler Emery et la Dr. Jue Wang Szilas du CFCD.

La transformation numérique des programmes de formation continue à l’Université de Genève date de bien avant la pandémie de COVID et de son effet de catalyseur sur l’enseignement à distance. En effet, le public s’intéressant aux programmes de formation continue est composé avant tout de professionnel-les actifs, pour qui une plus grande flexibilité et autonomie dans le parcours d’apprentissage constitue une véritable plus-value, permettant d’éviter la multiplicité des déplacements, ainsi que les frais et le temps perdu qui en découlent.  

C’est pour cette raison que dès 2015, le Centre pour la formation continue et à distance (CFCD) a introduit une véritable dynamique de transformation numérique, pour les nouveaux programmes surtout, mais aussi pour ceux existant déjà, car une telle transformation donne aussi la possibilité de repenser un programme et de mettre en place une conception efficace de l’apprentissage.  

Dès 2018, l’annonce de la fermeture de la plateforme Chamilo, qui avait précédé l’adoption de Moodle par l’institution, a précipité les choses. Il nous a semblé que ce passage d’une plateforme d’enseignement à une autre pouvait offrir aux programmes concernés une opportunité pour réfléchir au scénario pédagogique d’un cours ou d’un programme, pour structurer ou restructurer le contenu du cours de manière plus pédagogique.  

C’est pourquoi le pôle Programme, Pédagogie et Partenariats du CFCD a développé en 2018-2019 une stratégie pour faciliter le passage de Chamilo à Moodle et la numérisation des programmes en général. Environ 200 programmes de formation ont ainsi été transférés sur Moodle.  



Ateliers de compétences numériques pour les doctorant-es et post-doctorant-es

Ce billet est proposé par Arik Lévy et Christophe Charpilloz

En réponse à un appel à projets lancé par swissuniversities en vue de promouvoir les compétences numériques au sein de la communauté universitaire, le Graduate Campus et le Centre Universitaire d’Informatique (CUI, Dép d’Informatique) ont mis en place une série d’ateliers à destination des doctorant-es et des post-doctorant-es.

Le premier volet du projet (2018-2020) avait pour but d’une part de dresser un référentiel des compétences numériques pour l’ensemble de la communauté universitaire UNIGE, et d’autre part de développer les compétences numériques des doctorant-es et post-doctorant-es de l’UNIGE. Contribuant à l’application du plan d’action de la stratégie numérique de l’UNIGE, le Graduate Campus et le CUI ont mis sur pied un catalogue de formation en compétences numériques de manière à couvrir l’ensemble des compétences telles que décrites dans le référentiel précité.

La première session d’ateliers s’est réalisée lors de l’année académique 2019-2020. Le concours de la Division de l’information scientifique (DIS) a notamment permis d’aborder des thèmes relatifs à l’Open Science et l’Open Data. D’autres thématiques ont aussi pu être proposées, à titre d’exemple, sur la gestion de versions de code source, les tests automatiques de logiciels, l’utilisation de la ligne de commande, l’identité et le profilage numérique sur les réseaux sociaux, et la communication média. Les ateliers allient théorie et pratique, généralement sur une durée d’une demi-journée. Dans certains cas, les participant-es sont appelé-es à proposer des cas d’études. Au terme de cette première expérience, environ 200 participant-es ont pris part à une douzaine d’ateliers du Graduate Campus, et environ 290 participant-es à une douzaine d’ateliers du CUI.

Fort du succès de ce premier volet de formation, le Graduate Campus et le CUI ont étoffé l’offre d’ateliers en collaboration avec l’Institut de Hautes Etudes Internationales et de Développement (IHEID). Pour la période 2020-2024, l’offre annuelle de formation prévoit 35 ateliers répartis autour de huit thèmes. En marge des ateliers, ce deuxième volet du projet prévoit également le déploiement d’un e-portfolio qui permettra d’exporter son profil de compétences numérique à partir d’une plateforme d’auto-positionnement vers l’e-portfolio, puis vers LinkedIn.

L’offre de formation peut être retrouvée sur les pages de chacun des partenaires :