• voeux 2021
  • Partages d'expérience en enseignement : Venez découvrir les pratiques créatives de vos collègues!
  • prix de l'innovation

Tag : évaluation

Repenser l’Évaluation comme levier supplémentaire d’apprentissage au XXIe siècle – Appel à réflexion

La seconde phase d’enseignement à distance imposée par l’évolution de la pandémie de COVID-19 montre que loin d’être une simple parenthèse avant de revenir à la « normale », l’enseignement à distance et plus particulièrement les examens à distance vont devenir une pratique qui va s’imposer durablement et devenir de plus en plus courante en intégrant les méthodes pédagogiques des hautes écoles.

La question cruciale qui se pose dès lors est celle de la garantie de la qualité des diplômes délivrés. Dans le cas particulier des évaluations à distance, il s’agit de s’assurer des conditions dans lesquelles ces évaluations se déroulent et en particulier du contrôle d’identité des étudiants. Ceci est donc directement en lien avec des craintes de triches de toutes natures. A distance, signifie que l’étudiant est loin des yeux et que loin des yeux, il peut, et donc qu’il va forcément tricher. La solution qui semble largement adoptée pour y faire face consiste à rechercher des solutions purement « technicistes » aussi appelé « solutionnisme »[1]. Les examens à distance s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication, il est tentant d’avoir recours à ces technologies pour mettre les étudiants sous étroite surveillance avec comme objectif l’éradication de la triche. Ces méthodes sont regroupées sous le terme de « proctoring ». Elles visent à surveiller l’étudiant soit pour empêcher la triche, soit pour détecter la triche de façon la plus automatisée possible. Elles reposent sur des techniques de plus en plus sophistiquées qui complexifient pour les étudiants, mais aussi pour les enseignants la mise en place et le passage d’un examen. Elles posent aussi par principe une présomption de culpabilité pour l’étudiant, si ce n’est de tricher, au moins de vouloir tricher.



ANNULATION 12ème Barcamp: Les données numériques dans le contexte universitaire

Malheureusement, il n’y a pas suffisamment d’inscriptions pour que l’événement se déroule dans de bonnes conditions. Nous sommes donc dans l’obligation de l’annuler.

Nous espérons vous proposer prochainement un autre événement.



Partager ses questions, QTI un language pivot?

De nombreux outils proposent la fonction de création de tests, que ce soient les outils dédiés – LimeSurvey, Hot Potatoes – ou les outils génériques comme les LMS (Learning Management System) – Moodle, Chamilo.

La question du partage des données se pose dès que de nombreux outils proposent cette même fonction. Quoi de plus frustrant, en effet, que de devoir ressaisir manuellement son travail, simplement parce que la nouvelle application ne supporte pas le format de l’ancienne? Si le problème est simple les solutions, elles, le sont beaucoup moins. On peut diviser les problèmes rencontrés en deux grandes catégories: la question du format et celle des fonctionnalités.



e-Assessment: faire passer un examen sur Moodle

Un dispositif d’e-assessment utilise les TIC (technologies de l’information et de la communication) dans le processus d’évaluation des étudiant-e-s. On peut naturellement se poser la question suivante :

Quel est l’impact de l’utilisation d’un dispositif d’e-Assessment dans la démarche d’évaluation ?

Dans ce billet, nous allons aborder la réalisation d’un examen en ligne sur la plateforme d’enseignement en ligne Moodle, qui utilise l’application SEB (Safe Exam Browser). Le logiciel SEB a été présenté dans le billet « Examen sur ordinateur: des initiatives dans les hautes écoles suisses » de Daniel Scherly. Il fait référence au projet Open Source: Safe Exam Browser (SEB) développée par l’École Polytechnique Fédérale de Zürich (ETHZ).



Formation continue à distance, formation des adultes et évaluation : l’exemple du MAS en santé publique – ressources humaines

Formation continue à distance, formation des adultes et évaluation : l’exemple du MAS en santé publique – ressources humaines

Il existe encore peu d’études interrogeant les dispositifs d’évaluation mis en place dans les formations continues à distance et leur impact sur les acquis de formation. Le travail de mémoire de V. Zesiger « Evaluer un enseignement à distance – La participation : un indicateur clé? » interroge les différents facteurs pouvant influencer la réussite d’une formation à distance et plus particulièrement « la participation de l’apprenant aux diverses activités pédagogiques proposées sur la plateforme d’enseignement »(op. cit., 2010-2011, p.3). Véronique Zesiger, collaboratrice scientifique à  l’Université de Genève, a rédigé ce travail dans le cadre de son master 2 à l’Université Lumière Lyon II (Institut des Sciences et des Pratiques d’Education et de la Formation)[1]. Il porte sur les deux premiers modules du MAS (Master of Advanced Studies) à distance en santé publique – ressources humaines de l’Institut de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine.  Ce MAS transdiciplinaire est destiné à des professionnel·le·s travaillant en Afrique.