• Ciel cherche: rédacteurs

Tag : classe inversée

2016 eduhub days feedback

The 2016 eduhub-days edition in Fribourg kept with its tradition of being a successful event wherein e-learning aficionados/aficionadas meet to share common issues and best practices in HEI teaching and learning. Once again a wide diversity of technologies was discussed within small groups (cafés and showroom sessions). (suite…)



OEB 2015 et l’engagement des étudiant∙e∙s

OUB2015

Le maître mot de la conférence OEB 2015 qui s’est tenue à Berlin au début du mois de décembre dernier a été « l’engagement », ou comment rendre les étudiant∙e∙s plus actif/ve∙s dans les salles de cours. (suite…)



Les 7 choses que vous devriez savoir sur … les classes inversées (flipped classroom)

1. Qu’est-ce que c’est ?

noun_27469_100x100La classe inversée est un modèle pédagogique où l’ordre habituel de l’enseignement frontal en classe suivi par le travail à faire à la maison est inversé. Typiquement, les étudiant∙e∙s apprennent les notions de base du cours à la maison et ensuite viennent en classe pour clarifier et appliquer les connaissances acquises par le biais d’activités faites en groupe et sous la guidance de l’enseignant∙e.

(suite…)



Retour sur le 7ème Barcamp Ciel

Le 5 mai 2015 s’est déroulé à Uni-Mail le 7ème BarCamp Ciel. Il a rassemblé une cinquantaine de participant∙e∙s: enseignant∙e∙s, étudiant∙e∙s, personnel administratif de l’UNIGE. Les 5 tables rondes étaient l’occasion de partager sur les technologies éducatives et de l’innovation pédagogique au sein de l’UNIGE.

Ci-dessous le résumé des 5 tables rondes :

C’est quoi une classe inversée?

Table animée par Martin Schlaepfer, chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement (ISE) et Philippe Haeberli, conseiller pédagogique (FormEv)

Grossièrement dit, inverser une classe, c’est inverser la manière ordinaire de faire cours : les étudiant∙e∙s sont exposé∙e∙s au contenu avant la classe, et c’est en classe qu’ils/elles sont amené∙e∙s à s’exercer et à  pratiquer, notamment en collaboration avec leurs camarades.  Vieille idée que l’université expérimente depuis fort longtemps, avec notamment les séminaires ! La classe inversée a été toutefois remise au goût du jour grâce à la mise à disposition croissante de contenus de qualité sur le web ainsi qu’au  développement des plateformes d’enseignement permettant de plus en plus d’interactions – entre enseignant∙e∙s et étudiant∙e∙s mais également entre étudiant∙e∙s.
L’un des arguments fort pour pratiquer la classe inversée est la mise en activité des étudiant∙e∙s sous la ‘direction’ de l’enseignant∙e. Libéré∙e de sa mission de transmission des savoirs, l’enseignant∙e se retrouve en effet en position d’accompagner les étudiant∙e∙s dans leur progression, de leur donner du feedback, d’opérer un suivi personnalisé. Les travaux scientifiques portant sur l’enseignement montrent que l’apprentissage actif renforce les apprentissages durablement. Profiter au maximum du temps en classe pour favoriser les apprentissages des étudiant∙e∙s, voilà donc ce que vise au final la classe inversée.

Lors des échanges avec les participant∙e∙s de cette table, Martin Schlaepfer et Philippe Haeberli ont partagé une expérience de classe inversée dans le cadre d’un cours en développement durable. Certain∙e∙s participant∙e∙s avaient également expérimenté une classe inversée. L’un des constats partagés est une augmentation de la qualité des productions des étudiant∙e∙s. Les gains et les bénéficies en termes d’apprentissage semblent assez nets, peu importe le contexte d’enseignement. Pour Martin Schlaepfer, il est clair que le temps investi dans la préparation des séances et des activités à proposer aux étudiant∙e∙s entre les séances, est largement compensé par le gain en qualité des travaux des étudiant∙e∙s. De son côté, Philippe Haeberli souligne le fait qu’une classe inversée, cela se met aussi en place pour une séance que ce soit pour apprendre à rédiger une fiche lecture ou encore la mise en place d’un débat à propos d’une question controversée.

Pour une présentation multimédia de l’approche de la classe inversée en milieu universitaire, voir la vidéo suivante, d’une durée d’une minute à peine.

Connectez-vous au réseau d'apprentissage

Table animée par Laurent Moccozet (CUI)

Connect est une plateforme expérimentale pour l’apprentissage qui reprend les codes des réseaux sociaux dans un cadre d’enseignement. L’objectif est de permettre des activités hybrides allant d’un enseignement formel à un enseignement plus informel. Les mécanismes des réseaux sociaux comme les commentaires sont exploités dans un contexte favorisant l’apprentissage par les pairs. Elle est utilisée depuis plusieurs années dans le cadre de certains cours de l’Université.

Connect se caractérise par une égalité effective entre tous les membres de la plateforme: qu’il soit enseignant∙e ou étudiant∙e, chaque membre dispose des mêmes droits et fonctionnalités. Les activités pédagogiques se concrétisent sous forme de groupes qui rassemblent les participant∙e∙s, les ressources et les outils de collaboration et de production. Un mécanisme d’évaluation de travaux de groupe par les pairs est actuellement en cours d’évaluation. L’objectif est d’intégrer l’évaluation dans les activités d’apprentissage.

Connect est ouvert à toute la communauté de l’Université de Genève (vous pouvez vous y connecter avec votre identifiant habituel comme pour Moodle ou Chamilo). Nous sommes intéressés par toute expérimentation ou collaboration.

Connect est développée à partir d’un moteur de réseaux sociaux open source, Elgg, qui dispose d’un éco-système d’extensions dont certaines peuvent être utilisées dans un contexte d’apprentissage. Un certain nombre d’extensions ont aussi été développées « maison » pour les besoins de Connect. L’utilisation d’Elgg comme plateforme d’apprentissage social est assez populaire comme le montre la présentation ci-dessous:

Des MOOCs à l'UNIGE

Table animée par Christelle Bozelle, responsable de la Cellule MOOCs et Urs Richle, collaborateur scientifique – Cellule MOOCs

L’Université de Genève propose plusieurs «cours en ligne ouverts et massifs» (MOOCs, pour Massive Open Online Courses) sur la plate-forme Coursera. Cette initiative vise à mettre à la portée de tous les cours des meilleures universités du monde, avec des exigences en termes de suivi et d’évaluation aussi élevées que pour les étudiant∙e∙s réguliers. Depuis septembre 2013, l’Université de Genève a déjà diffusé 8 cours dans divers domaines tels que le management des organisations internationales, les droits de l’homme, les exoplanètes, la santé globale, ou l’adaptation au changement climatique. 13 cours sont actuellement en préparation et devraient être diffusés entre l’automne 2015 et le printemps 2016.

A travers les MOOCs, l’Université de Genève vise à augmenter sa visibilité internationale sur des thématiques choisies et à renforcer les équipes autour d’enseignements communs. Les MOOCs permettent également de toucher de nouveaux publics à moindre coût. Par ailleurs, le développement des MOOCs permet de tester et de mesurer l’effet de certains dispositifs pédagogiques sur la formation présentielle. Pour finir, les MOOCs sont une excellente opportunité de développement de la participation citoyenne dans la recherche.

Le format des cours se décline en quatre composantes : 1) des vidéos d’une à deux heures hebdomadaires, découpées en séquences de cinq à dix minutes, sur une durée totale de quatre à huit semaines ; 2) des ressources complémentaires (présentations PowerPoint, articles, documents multimédias, etc.) 3) des quizz, exercices de programmation et évaluations par les pairs pour renforcer et valider les connaissances des apprenant∙e∙s; 4) des outils d’interaction (forums, annonces régulières, Hangouts on air, etc.).

La préparation d’un cours en format MOOC dure environ 9 mois entre la constitution de l’équipe pédagogique, l’élaboration du contenu, le tournage/montage des vidéos et la mise-en-ligne du cours. Durant toute la phase de préparation et de la diffusion du cours, les équipes sont accompagnées par la Cellule MOOC du rectorat. Le format classique d’un MOOC est basé sur des sessions de cours avec une date de début et une date de fin. La publication des modules est hebdomadaire ce qui permet aux participant∙e∙s de suivre le cours de manière plus ou moins synchrone et d’encourager ainsi les interactions dans le forum.
La table MOOCs du BarCamp Ciel fut aussi l’occasion d’échanger autour du nouveau format de cours «à la demande» de Coursera. En effet, les cours hébergés sur cette plateforme ne sont plus diffusés chaque semaine, mais sont entièrement disponibles dès le premier jour et toute l’année. Ce format a pour but de mieux s’adapter au profil des participant∙e∙s qui sont généralement des personnes en emploi et qui souhaitent accéder aux cours de manière flexible. Coursera expérimente actuellement plusieurs nouvelles fonctionnalités afin d’optimiser les interactions au sein de cette plateforme.

Des workshops organisés par des étudiants pour des étudiants

Table animée par Nan Zhao, Quentin Schopfer, Danaé Guedj (CMU)

Les outils informatiques pour les étudiant·e·s sont de plus en plus nombreux et deviennent incontournables, sinon indispensables. On attend des étudiant·e·s qu’ils/elles maitrisent ces différentes ressources informatiques, sans qu’il y ait d’information, ni de véritable formation dédiée.

Face à ces difficultés, les moniteurs et monitrices informatiques de la faculté de médecine proposent des solutions pour aider les étudiant·e·s à utiliser des logiciels dans le domaine des prises de notes, l’écriture d’un travail de master, en radiologie ou même en statistiques.

Makey Makey, créez vos touches de claviers à partir d’objet du quotidien

Table animée Patrick Roth (NTICE)
Barcamp I
Est-il possible de jouer à PACMAN, Mario Bros avec des bananes, une plante ou de la pâte à modeler ? Oui, grâce à Makey Makey.
Basé sur le principe physique de conductivité, Makey Makey est un kit électronique qui permet de remplacer un périphérique d’entrée (souris ou clavier par exemple) par des objets de la vie de tous les jours.

Comme vous le montre la vidéo ci-dessus, il suffit de connecter vos objets (citron, eau, aluminium, etc.) au Makey Makey à l’aide de princes crocodiles. Makey Makey quand à lui effectuera la transformation du signal reçu en action du clavier (appuie sur une touche) ou de la souris (mouvement, clic). Le résultat sera finalement envoyé à votre ordinateur via le port USB. Le périphérique que vous aurez ainsi créé vous permettra d’interagir avec des jeux, des logiciels de musique ou même avec Word.
Faisant preuve d’une grande créativité, les participant∙e∙s au Barcamp ont créé de nombreux périphériques à base de poirrots, bananes, plantes ou même de fenouils. Ces périphériques ont été ensuite testés puis optimisés de manière collaborative sur des jeux simples (Pong) puis plus complexes (PACMAN).
Barcamp III
Reste maintenant à nos participant∙e∙s de trouver la manière d’intégrer Makey Makey dans le cadre de leurs cours. Mais c’est une autre histoire…


Les 7 choses que vous devriez savoir sur … l’instruction par ses pairs (peer instruction)

1. Qu’est-ce que c’est ?

La force de l'instruction par ses pairs

C’est une méthode d’enseignement interactive en grand groupe qui incite les étudiant∙e∙s à réfléchir sur des questions conceptuelles posées par l’enseignant∙e et à convaincre leur pairs sur leur choix de réponse (peer instruction). Cette méthode a été développée dans les années 1990 par Eric Mazur, professeur de physique à Harvard (réf. 2).

 
(suite…)