• Ciel cherche: rédacteurs

Tag : MOOC

MOOC, SPOC et autres cours en ligne : quelle place pour les capsules vidéo dans les nouveaux dispositifs de formation à distance ?

On pense souvent que les vidéos représentent l’essentiel des cours en ligne actuels (MOOC et SPOC notamment). Cela est partiellement vrai, tant les vidéos à vocation pédagogique connaissent, depuis quelques années, un fort regain d’intérêt, en particulier dans l’enseignement supérieur (voir, par exemple, Peraya (2017), ou encore Peltier et Campion (2017). Mais c’est tout de même oublier qu’un MOOC (Massive Open Online Course), un SPOC (Small Private Online Course) ou ses équivalents divers sont d’abord des cours, c’est-à-dire des dispositifs de formation qui ont pour finalité première de faire apprendre. Dans cette perspective, les capsules vidéo produites et les traditionnels quiz afférents ne sont pas les seules ressources et activités d’apprentissage proposées. De plus, il convient d’assurer à l’ensemble une articulation cohérente et un scénario pédagogique d’usage ; un MOOC n’est en effet pas un « empilement » de contenus et d’activités mais se veut être un parcours d’apprentissage répondant à une logique mue avant tout par les apprentissages visés.

La conception d’un MOOC va donc bien au-delà de la seule production de capsules vidéo à vocation pédagogique et relève d’une entreprise complexe qui demande à être encadrée par des spécialistes de la formation à distance.

Ce billet a pour objectif de montrer, dans les grandes lignes, quelles sont les principales composantes d’un MOOC, comment les capsules vidéo à vocation pédagogique s’articulent à l’ensemble et quelle démarche d’accompagnement la Cellule MOOC de l’UNIGE met en œuvre pour guider la réalisation de ses MOOCs.



Appel à projets pour des MOOCs créditables

Depuis 2013, l’Université de Genève a produit plus de 30 MOOCs  (cours en ligne ouverts et massifs disponibles gratuitement sur la plateforme Coursera) sur des thématiques variées touchant toutes les facultés de l’institution.

En 2019, l’UNIGE souhaite donner une nouvelle orientation aux MOOCs en rejoignant le projet de la League of European Research Universities (LERU) : « Virtual Exchange for LERU students ». Ce projet réunissant 9 partenaires institutionnels dans toute l’Europe vise à proposer aux étudiant-e-s des universités membres de suivre des MOOCs produits par les différents partenaires et de valider dans leur cursus de formation les crédits ECTS obtenus.

Il s’agira pour un-e enseignant-e responsable de proposer, sur la base d’un cours existant ou d’un nouveau cours, un cours en ligne entièrement à distance pour toutes et tous les étudiant-e-s (UNIGE et universités partenaires). Les cours proposés devront s’intégrer dans un plan d’études existant et être créditables ECTS après la réussite d’un examen sur table.

Les dossiers de candidature sont à envoyer d’ici au 20 décembre 2018. Des informations détaillées sont disponibles sur le site web de la cellule MOOC.



Retour sur le Barcamp des Rendez-vous de l’Enseignement 2017

La 3ème édition des Rendez-vous de l’enseignement de l’Université de Genève, a eu lieu jeudi 11 mai 2017 à Uni-Mail, sur le thème  «INNOVER DANS L’ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE GRÂCE AUX RESSOURCES LIBRES».

Nous vous proposons un compte-rendu du Barcamp, organisé par le groupe Ciel

Utilisez le prêt-à-porter en simulations: PhET et Merlot

par Pierre Lehmann

L’intérêt des simulations est d’offrir aux apprenant∙e∙s la possibilité de se familiariser avec des processus/environnements qu’il serait difficile, voire impossible d’acquérir « en réel ». Pensons à l’accès aux labos hautement spécialisés, exigeant des niveaux de sécurité extrêmes (bactériologie, virologie, actinologie,… ), l’accès à des échantillons ou pièces de collections fragiles ou simplement l’accès aux labos de chimie, quand le nombre d’étudiant∙e∙s dépasse les places disponibles… Cependant, le développement de simulations « sur mesure », à l’exemple de Virolab, coûtent cher en ressources et en temps. En effet, dès que le scénario est un tant soit peu évolué, une équipe de personnes possédant des compétences dans différents domaines (ingénierie pédagogique, graphisme, animation,vidéo, développement logiciel,…) est nécessaire.

Or, il existe des ressources « prêt-à-porter » en ligne, pour un ensemble de domaines. Nous mentionnerons deux sites: PhET et MERLOT.  Ils donnent peu d’informations quant à l’utilisation des ressources (MERLOT se contente de recenser, pour chaque simulation, le nombre de références trouvées). Difficile dès lors de savoir si ce modèle de partage est vraiment efficace. Les participant∙e∙s réuni∙e∙s autour de la table se sont posés la question: pour quelle raison un∙e enseignant∙e développerait-il/elle sa propre simulation ?

Plusieurs raisons, plausibles, ont été évoquées:

  • pas de simulation disponible sur la thématique
  • scénario ne correspondant pas aux objectifs du cours
  • technologie inadaptée, désuète ou sensible aux attaques (flash, java, quicktime,…)
  • simulation destinée à un autre public-cible (p.ex. gymnase,… )
  • « look&feel » pas en ligne avec l’institution ou avec la base de cours de l’enseignant∙e

Au final, il semble que les ressources « prêt-à-porter » soient plutôt des « gap fillers », en attendant une solution maison (qui, il faut bien l’avouer, tarde souvent à être développée…)

Intégrez des clips vidéos dans son cours

par Sadegh Nashat

Les clips vidéos sont de plus en plus utilisés dans les enseignements comme supports à des activités pédagogiques et comme sources d’information. Plus de 10 millions de vidéos référencées notamment sous « éducation » ou « clips vidéos pédagogiques » ou disponibles à travers des sites thématiques sont téléchargeable sur YoutubeVimeo,DailymotionKhan Academy, PBS Learning Media que cela soit en libre accès ou par abonnement. Certains grands quotidiens comme le New York Times, le Guardian, le Telegraph,  ainsi que des universités, par exemple l’Université de Genève, https://www.youtube.com/user/unigeneve établissent leurs propres playlists. Sadegh Nashat, chargé d’enseignement à la FPSE de l’UNIGE, utilise cette ressource dans ses cours en psychologie que cela soit en présence ou à distance. Il a abordé, lors de l’atelier, 3 aspects.

Le choix des clips vidéos dans les cours doit répondre aux mêmes critères de validité de l’information et de la crédibilité de la source que d’autres ressources plus classiques (livres, sites internet, bases de données,…). Pour ce faire, il s’agit d’établir des playlists à partir de mots clés pertinents qui peuvent ensuite être utilisées dans différents contextes d’enseignement. Attention, l’utilisation de certaines vidéos peuvent être soumises à des licences.

Le clip vidéo enrichit l’enseignement et mobilise l’attention des étudiant∙e∙s en diversifiant les tâches à réaliser. Les clips vidéos peuvent être soit des documentaires, des fictions ou des cours. Ils proviennent du monde académique et scientifique ou ils appartiennent à une culture commune à tous, par exemple des séries de télévision qui sont visionnées dans d’autres contextes par les étudiant∙e∙s. Ils peuvent être utilisés comme support à une discussion thématique, ou pour se former à des compétences professionnelles liées par exemple à la pratique clinique (observation et analyse de séquences de la série Soprano par exemple) ou en illustration de concepts et de recherches scientifiques (capacités de démontrer, informer, former, observer, évaluer,…). Le critère de choix du clip vidéo dans la playlist est ainsi en adéquation avec le contenu académique du cours.

Le clip vidéo n’est pas seulement utilisé dans les activités collaboratives en « blended learning » ou à distance. Il peut aussi être utilisé en présence en travaillant en grand groupe / forum ou en petits groupes / peer to peer. Pour ce faire, les consignes doivent être clairement établies par rapport aux objectifs d’apprentissage visés. Ce support visuel est l’un des moyens pour soutenir l’apprentissage et la motivation des étudiant∙e∙s, favoriser la communication et la prise de parole. Il s’inscrit dans une perspective de formation numérique à l’UNIGE.

Utilisez des OERs dans un cours en ligne

par Patrizia Birchler Emery

La plateforme Moodle permet d’intégrer des ressources externes (vidéos, parcours pédagogiques, quiz, etc.) mais aussi d’y associer une tâche qui permettra aux étudiant∙e∙s d’approfondir leur compréhension. A cette table, des exemples d’intégration de ressources externes ont été présentés dans le cadre d’un enseignement à distance.

Résolvez vos questions de droit d'auteur avec CCDL

par Pierre-Yves Burgi & Bineta Ndiaye

Les évolutions technologiques ainsi que la révision de la LDA (Loi fédérale sur le droit d’auteur et les droits voisins) ont mis en évidence le besoin d’une connaissance accrue du droit d’auteur pour la communauté académique (enseignant∙e∙s, chercheurs, juristes, bibliothécaires et personnel administratif) afin de trouver des solutions à des problématiques quotidiennes.

Par exemple, on pourra se demander quelles règles appliquer lorsqu’on réutilise du contenu d’un tiers dans son cours ou encore quels problèmes l’on peut rencontrer lorsqu’on souhaite mettre son cours à disposition (sur Chamilo ou Moodle, sur une plateforme MOOC).

Grâce à un financement de Swissuniversities obtenu dans le cadre du projet CUS-P2, quatre universités (USI, UNIBAS,  UNINE, UNIGE) mettent sur pied un Centre de compétence pour le droit numérique (CCDL).

La première phase est essentiellement du ressort des experts en droit d’auteur. Elle est l’occasion de définir l’entité juridique, d’élaborer le business model et de préciser les services à fournir. La seconde phase, dont la demande de financement est actuellement en cours, concernera les domaines annexes, telles la protection des données, l’open access, les creative commons, etc.

ciel_ccdl_barcamp

 

Aujourd’hui, la version beta de la plateforme CCDL est disponible en quatre langue. Son coeur est une base de connaissance  qui réunit les textes de bases, des FAQs ainsi que des études de cas. Elle est complétée par un catalogue de formations et un service de conseil.

 

 

 

 

 

Découvrez la contribution sur Wikipedia avec le Wikimooc

par Natacha Rault & Antoine Lamielle

«  Tout le monde peut écrire sur Wikipédia mais peu de gens le savent ou osent faire le pas ». C’est à partir de ce constat qu’est né le projet WikiMOOC. En effet, Wikipédia est le cinquième site web le plus visité au monde mais son fonctionnement, ses principes et ses règles sont maîtrisés par très peu de personnes.

Le WikiMOOC est un cours en ligne gratuit et ouvert à toutes et tous, visant d’une part à décrire le fonctionnement de Wikipédia et de permettre aux apprenant∙e∙s de se familiariser à la modification et à l’illustration d’articles existants, d’autre part. Par ailleurs, chaque participant∙e apprendra également à interagir avec d’autres contributeurs/-trices et à travailler de manière collaborative sur un même article.

Il n’existe pas de pré-requis pour participer au MOOC mais il faut néanmoins veiller à disposer d’une version récente de son navigateur. Ce cours de 6 semaines est hébergé deux fois par année sur la plateforme France Université Numérique. Chaque semaine de cours nécessite environ 3 à 4 heures de travail.

Pour en apprendre plus, voici quelques liens, librement réutilisables, du WikiMOOC :



Retour sur la conférence EDEN2016 : Re-Imagining Learning Environments

La 25e rencontre annuelle du réseau EDEN (European Distance Education Network) s’est déroulée du 14 au 17 juin à Budapest : une conférence de  trois jours, rassemblant environ 300 représentant∙e∙s d’universités, réseaux et projets impliqués dans l’éducation à distance, d’Europe, évidemment, mais aussi d’Amérique, d’Australie et d’Asie.

Le thème général appelait à réviser les conceptions et pratiques constituant un environnement d’apprentissage, à travers l’utilisation de nouveaux outils et surtout la mise en œuvre de pratiques pédagogiques favorisant le travail collaboratif.



Faire des vidéos d’apprentissage low-tech: c’est possible et cela favorise l’engagement des étudiants !

Notamment grâce à la diffusion des Mooc’s, les vidéos d’apprentissage sont devenues un medium à part entière dans l’enseignement supérieur. Dans un Mooc, elles sont le vecteur principal de l’information. Dans l’enseignement en présentiel, les vidéos sont intégrées au cours et sont notamment utilisées dans l’approche de la classe inversée.

L’un des défis que pose ce nouveau medium est l’engagement étudiant. En effet, le risque est de reproduire un enseignement exclusivement magistral dont on sait aujourd’hui qu’il est moins productif en termes d’apprentissage qu’un enseignement actif (PNAS 2014). Dans la classe inversée, l’exposition au contenu précède le temps en classe. Le temps en classe est alors dédié à l’interactivité. Afin que l’étudiant∙e s’engage sur le contenu à retenir avant la classe, la vidéo se doit donc d’être engageante.

A cet égard, une étude exploratoire (Guo & al. 2014) à propos de quatre Mooc’s hébergés sur la plateforme Edx de l’Université de Stanford donne quelques pistes intéressantes. L’étude croise deux ensembles de variables. D’une part, les styles de vidéo a) leçon filmée b) enseignant∙e parlant, dont on voit la moitié supérieure du corps c) démonstration sur tablette interactive popularisée par la Khan academy d) présentation PowerPoint avec voix off ; de l’autre, le temps que les participant∙e∙s passent sur la vidéo ainsi que le taux d’engagement et de réussite de ceux-ci aux activités proposées après le visionnement de la vidéo (principalement des questions à choix multiples). L’étude n’a pas valeur scientifique en ce sens qu’elle n’a pas été effectuée avec des groupes de contrôle. Elle a été toutefois complétée avec des interviews de membres de l’équipe de production d’EDX. En tous les cas, elle apporte des constats intéressants pour les personnes qui souhaitent se lancer dans la production de vidéo d’apprentissage.