• Lunch and Learn
    Lunchs Pédagogiques : venez partager sur des thématiques vives dans l'enseignement !
  • Makeiteasy
    Une plateforme pour tester et améliorer vos compétences numériques à votre rythme
  • Ciel cherche: rédacteurs/trices

Tag : évaluation

e-Assessment: faire passer un examen sur Moodle

Un dispositif d’e-assessment utilise les TIC (technologies de l’information et de la communication) dans le processus d’évaluation des étudiant-e-s. On peut naturellement se poser la question suivante :

Quel est l’impact de l’utilisation d’un dispositif d’e-Assessment dans la démarche d’évaluation ?

Dans ce billet, nous allons aborder la réalisation d’un examen en ligne sur la plateforme d’enseignement en ligne Moodle, qui utilise l’application SEB (Safe Exam Browser). Le logiciel SEB a été présenté dans le billet « Examen sur ordinateur: des initiatives dans les hautes écoles suisses » de Daniel Scherly. Il fait référence au projet Open Source: Safe Exam Browser (SEB) développée par l’École Polytechnique Fédérale de Zürich (ETHZ).



Formation continue à distance, formation des adultes et évaluation : l’exemple du MAS en santé publique – ressources humaines

Formation continue à distance, formation des adultes et évaluation : l’exemple du MAS en santé publique – ressources humaines

Il existe encore peu d’études interrogeant les dispositifs d’évaluation mis en place dans les formations continues à distance et leur impact sur les acquis de formation. Le travail de mémoire de V. Zesiger « Evaluer un enseignement à distance – La participation : un indicateur clé? » interroge les différents facteurs pouvant influencer la réussite d’une formation à distance et plus particulièrement « la participation de l’apprenant aux diverses activités pédagogiques proposées sur la plateforme d’enseignement »(op. cit., 2010-2011, p.3). Véronique Zesiger, collaboratrice scientifique à  l’Université de Genève, a rédigé ce travail dans le cadre de son master 2 à l’Université Lumière Lyon II (Institut des Sciences et des Pratiques d’Education et de la Formation)[1]. Il porte sur les deux premiers modules du MAS (Master of Advanced Studies) à distance en santé publique – ressources humaines de l’Institut de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine.  Ce MAS transdiciplinaire est destiné à des professionnel·le·s travaillant en Afrique.



Enquête de satisfaction Dokeos / Moodle 2012

Durant la pause estivale 2012, le service NTICE a réalisé une enquête de satisfaction auprès de tout·e·s les utilisateurs·trices, des plates-formes Dokeos et Moodle de l’Université de Genève. L’enquête visait à mesurer les niveaux de satisfaction, identifier les difficultés et solliciter des points d’amélioration. Le rapport complet est disponible sur le site du e-learning.



Formation et Evaluation RCFE (5 nov. 2012)

Les usages et pratiques des technologies pour l’enseignement : le 5 novembre de 13h30 à 17h à l’Université de Genève.

Les ateliers organisés par le Réseau  Romand de Conseil, Formation et Évaluation ( RCFE) sont de retour cet automne 2012.

Vous voulez en savoir plus sur :

  • Comment intégrer l’usage des outils Web 2.0 dans vos pratiques individuelles d’enseignement ?
  • Comment stimuler une participation accrue de vos étudiants en utilisant les aspects collaboratifs des outils Web.2.0 ?
  • Comment respecter le droit d’auteur dans vos cours en ligne ?

Alors ne ratez pas l’atelier « Les usages et pratiques des technologies pour l’enseignement » le 5 novembre 2012 à l’Université de Genève (Uni-Mail)

Pour plus d’information cliquez sur cette ligne.

 



Compilatio, un outil d’aide à la détection du plagiat

Si Internet a démultiplié les possibilités d’accès à l’information et à la connaissance, il a démultiplié également les possibilités de triche et de plagiat. A l’heure de rédiger un travail universitaire, un-e étudiant-e peut être tenté-e d’ « insérer, dans un travail académique, des formulations, des phrases, des passages, des images, ou des chapitres entiers, de même que des idées ou analyses repris de travaux d’autres auteurs, en les faisant passer pour siens », selon la définition du plagiat que donne l’Université de Genève dans sa directive en matière de plagiat des étudiant-e-s.

Pour les aider à repérer les cas de plagiat dans les travaux de leurs étudiant-e-s, les enseignant-e-s de l’Université de Genève ont accès à un logiciel en ligne : Compilatio. Il permet à l’enseignant-e de comparer les travaux de ses étudiant-e-s (au format numérique) au contenu en libre accès sur internet, mais également aux autres documents déposés sur Compilatio (les travaux des autres étudiant-e-s notamment).

Le logiciel recherche les similitudes entre les documents comparés, puis génère un rapport d’analyse qui attire l’attention de l’enseignant-e sur les passages susceptibles d’avoir été plagiés, qu’ils soient strictement identiques ou qu’ils présentent quelques similitudes avec un autre document. Compilatio indique également le classement des sources probables, et évalue le taux de pourcentage de similitude du document analysé.

En quelques clics, l’enseignant-e peut comparer chaque passage douteux à sa source supposée. Mais Compilatio ne remplace pas le regard critique de l’enseignant-e, qui est seul-e capable de conclure à un plagiat avéré et d’y réagir. Les enseignant-e-s de l’Université de Genève qui souhaitent utiliser le logiciel trouveront plus d’information sur la fiche Compilatio du catalogue de services informatiques et dans la foire aux questions de Compilatio.

Rappelons aussi aux étudiant-e-s que la frontière entre une source mal citée et un plagiat est mince ! Veillez à respecter scrupuleusement la méthodologie de la rédaction et les normes bibliographiques exigées par votre faculté. Notez également que les modules d’autoformation en recherche documentaire CALIS Sciences et CALIS SES sont à la disposition des étudiant-e-s des deux facultés concernées.

Vous souhaitez approfondir la question ? Consultez Responsable, le site internet du prof. Michelle Bergadaà, site «dédié aux professeurs, étudiants et dirigeants d’établissements universitaires qui refusent de fermer les yeux sur la fraude pratiquée via Internet et découlant du plagiat de mémoires, de thèses, d’articles de recherche et de livres académiques.»