• Séance ouverte de la CIP
    Séance ouverte de la CIP: Présentation des finalistes du prix de l’innovation pédagogique 2023
  • Makeiteasy
    Une plateforme pour tester et améliorer vos compétences numériques à votre rythme
  • Ateliers pour votre doctorat
    N'hésitez pas à vous inscrire et découvrez notre offre complète d'ateliers pour votre doctorat !
  • Ciel cherche: rédacteurs/trices

Catégorie : Articles

Catégorie par défaut pour les articles non-classés


Retour sur les ateliers Take Over

Lors de la semaine d’études libres du précédent semestre, l’UNIGE a organisé le premier Take Over au cours duquel 11 étudiant-es ont proposé 20 modules d’apprentissage numérique à d’autres étudiant-es de l’Université. Ces activités allaient de la programmation R à la cybersécurité en passant par l’introduction au webdesign.

Pour rappel, le projet TAKE OVER visait à créer un espace d’apprentissage des compétences numériques par et pour les étudiant-es de l’UNIGE. Ces derniers-ères ont été appelé-es à faire des propositions de formation considérées comme pertinentes pour leurs pairs. Une fois ces propositions validées, les participant-es ont été accompagné-es par des techno-pédagogues de l’UNIGE dans la conception des contenus pédagogiques dispensés durant ces formations.

Ces ateliers d’une durée d’une demi-journée ont ainsi accueilli en moyenne 18 étudiant-es de toutes les facultés (sauf la Théologie). Parmi ces étudiants-es, 37% étaient en Bachelor, 47% en Master et 16% en doctorat. Les cours les plus populaires ont été :

  • Introduction aux statistiques et à la programmation en R (35 inscrit-es)
  • Introduction à la collecte de donnnées en ligne (web scraping) avec R (33 inscrit-es)
  • Introduction à Python pour la recherche scientifique (31 inscrit-es)

Les retours ont été très positifs aussi bien de la part des participants-es que des animateurs-trices, qui ont tout particulièrement apprécié le concept, le format des ateliers ainsi que les thématiques proposées, qui étaient très proches de leurs besoins.

Ces retours très positifs ont motivés les organisateurs-trices à réitérer l’expérience lors du prochain semestre d’automne 2023 – 2024.



Compétences numériques des enseignants dans la formation continue : des nouvelles de l’approche à trois niveaux

Ce billet est proposé par la Dre Jue Wang Szilas et la Dre Patrizia Birchler Emery, CFCD.

Les défis liés à la transformation numérique des programmes de formation continue de l’Université de Genève et les solutions développées par le Pôle programme, pédagogie & partenariats du Centre pour la formation continue et à distance de l’UNIGE (CFCD), ont déjà fait l’objet d’un billet de blog en décembre 2021.

A cette occasion, nous avions détaillé les solutions proposées par notre Pôle pour soutenir la transformation numérique de nos programmes, plus particulièrement dans le cadre du renforcement des compétences numériques des équipes enseignantes. Nous avions également brièvement présenté l’auto-formation Moodle « option seuil », qui a pu être proposée aux collaborateurs et collaboratrices des programmes de formation continue à partir de février 2022.

A la suite de l’ouverture de l’auto-formation, notre Pôle a continué à travailler sur l’amélioration des formations proposées. L’approche adoptée pour développer les modèles d’apprentissage est celle de la recherche orientée par la conception, en anglais Design-Based Research.

La recherche orientée par la conception : brève présentation

La recherche orientée par la conception (Sanchez, 2015), en anglais Design-Based Research (désormais DBR) est une approche méthodologique de recherche utilisée par les chercheurs/euses et les praticien-nes des sciences de l’apprentissage, visant à développer des solutions aux problèmes. Wang et Hannafin (2005) en saisissent les caractéristiques essentielles :

a systematic but flexible methodology aimed to improve educational practices through iterative analysis, design, development, and implementation, based on collaboration among researchers and practitioners in real-world settings, and leading to contextually-sensitive design principles and theories” (p. 6)

Selon le Design-Based Research Collective (2003), un projet présentant les caractéristiques typiques de la RBD devrait inclure les éléments suivants :

  • Ses objectifs sont de résoudre des problèmes actuels du monde réel.
  • Les chercheurs/euses et les praticien-es (qui peuvent être les mêmes personnes) sont pleinement impliqué-es dans le projet.
  • Il est contextualisé car les résultats de la recherche sont liés à la fois au processus de conception qui a produit les résultats et à l’environnement dans lequel la recherche a été menée.
  • Les interventions de conception sont continuellement améliorées pour les rendre plus applicables à la pratique.

Comme le présentent Collins et al. (2004) et Reeves (2000), l’approche DBR comporte généralement quatre étapes :

1) Analyse : les chercheurs/euses identifient un problème qui doit être résolu ;

2) Conception : ils/elles développent une solution potentielle, généralement sous la forme d’un outil ou d’un modèle pédagogique qui pourrait résoudre le problème ;

3) Test et amélioration : ils/elles testent l’outil ou le modèle pédagogique dans un contexte réel et le perfectionnent pour obtenir de meilleurs résultats ;

4) Évaluation et réflexion : les chercheurs/euses réfléchissent aux résultats de l’expérience, identifient les caractéristiques des outils pédagogiques qui ont permis de résoudre les problèmes initiaux, révisent les aspects qui n’ont pas été utiles à l’apprentissage et déterminent le principe de conception. Cela conduit à un autre cycle de recherche consistant à concevoir, tester, évaluer et réfléchir pour améliorer la conception pédagogique en faveur de l’apprentissage. Le processus itératif peut être caractérisé par la figure ci-dessous :

(d’après Reeves [2000], p. 59)

La solution « à trois niveau » dans la spirale de la DBR

Notre projet de solution « à trois niveaux » a traversé les quatre étapes au cours de deux cycles de conception de 2019 à 2022. Le premier cycle de conception a duré de 2019 à 2020. Ce cycle était axé sur le perfectionnement du modèle de transformation à « trois niveaux » et sur les ateliers de formation aux compétences numériques destinés à soutenir sa réalisation. Les retours nous ont permis de réfléchir à une réorganisation des ateliers, avec des objectifs plus ciblés et des formats plus adaptés. De mai à octobre 2021, dans un deuxième cycle de conception, le modèle a donc été repensé, cette fois-ci en se concentrant davantage sur les compétences nécessaires pour la réalisation de cours en ligne répondant au niveau de qualité standard exigé dans nos programmes de formation continue. Une auto-formation Moodle niveau seuil a été proposée, testée et lancée dans un cadre plus large. Nous sommes actuellement dans la phase d’évaluation de ce cycle pour identifier les éléments susceptibles d’être améliorés.

Le projet a été présenté lors du congrès annuel d’EDEN (European Distance and E-Learning Network), en juin 2022, et a suscité un vif intérêt en raison de la clarté de sa conception et, surtout, de son approche très pragmatique qui en rend la réalisation aisée et abordable. La présentation a également fait l’objet d’un article dans les actes de la rencontre.

La solution « à trois niveaux » : développements futurs

Mais le projet n’en est pas terminé pour autant. En effet, une vraie recherche orientée par la conception ne peut se baser que sur deux cycles de conception, c’est pourquoi un troisième cycle est déjà en cours. Dans ce troisième volet, nous travaillerons sur plusieurs plans : amélioration de l’existant, c’est-à-dire l’auto-formation (perfectionnement grâce à l’analyse des données d’apprentissage, passage à Moodle 4.0, utilisation d’autres outils pour un apprentissage plus interactif), puis développement d’un cours en ligne pour l’option standard, redéfinition du niveau avancé et proposition de solutions d’apprentissages adaptées.

Références bibliographiques

Approche à trois niveaux du CFCD 

Wang Szilas, J., Birchler Emery, P. (2021). Une approche à trois niveaux pour soutenir la transformation numérique de la formation continue, https://ciel.unige.ch/2021/12/une-approche-a-trois-niveaux-pour-soutenir-la-transformation-numerique-de-la-formation-continue/

Wang Szilas, J., Birchler Emery, P. (2022). Training Digital Competences of Educators in Continuing Education: A Three-Level Approach. In: Väljataga, T., Laanpere, M. (eds) Shaping the Digital Transformation of the Education Ecosystem in Europe. EDEN 2022. Communications in Computer and Information Science, vol 1639. Springer, Cham., pp. 127-136, https://doi.org/10.1007/978-3-031-20518-7_10

 

Design-Based Research

Collins, A., Joseph, D., Bielaczyc, K. (2004). Design Research: Theoretical and Methodological Issues, The Journal of The Learning Sciences, 13(1), pp.15-42, https://doi.org/10.1207/s15327809jls1301_2

Design-Based Research Collective (2003). Design-Based Research: An Emerging Paradigm for Educational Inquiry. Educational Researcher, Vol. 32, No. 1, p. 5, https://doi.org/10.3102%2F0013189X032001005

Reeves, T. C. (2000). Enhancing the Worth of Instructional Technology Research through Design Experiments and Other Development Research Strategies, Paper presented on April 27, 2000 at Session 41.29, International Perspectives on Instructional Technology Research for the 21st Century, a Symposium sponsored by SIG/Instructional Technology at the Annual Meeting of the American Educational Research Association, New Orleans, LA, USA

Sanchez, E., Monod-Ansaldi, R. (2015). Recherche collaborative orientée par la conception. Un paradigme méthodologique pour prendre en compte la complexité des situations d’enseignement-apprentissage. Education & Didactique, 9(2), pp. 73-94, https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2288

Wang, F., Hannafin, M. J. (2005). Design-based research and technology-enhanced learning environments. Educational technology research and development, 53(4), pp. 5-23, https://doi.org/10.1007/BF02504682

 



Virtual Exchange : suivre des cours offerts par des universités partenaires à l’international depuis chez soi

Mélanie Poy, coordinatrice du projet Virtual Exchange, et Christelle Bozelle, responsable de la Cellule MOOC à l’UNIGE

Depuis le semestre d’automne 2020, le programme Virtual Exchange offre la possibilité aux étudiant-es de l’Université de Genève de s’inscrire gratuitement à des cours en ligne donnés par un total de 16 universités partenaires. L’UNIGE fait à présent partie de 3 consortiums de mobilité virtuelle regroupant plusieurs institutions renommées à l’international : la Ligue européenne des universités de recherche (LERU), le Réseau d’excellence des dirigeantes et dirigeants universitaires en gouvernance et en gestion (eMobi@Dg2) et l’Alliance 4EU+ (Shared Courses). Ces accords permettent d’offrir plus de 100 cours en ligne dans une grande variété de domaines. Les cours sont donnés principalement en anglais et en français, mais également dans d’autres langues (allemand, espagnol, italien, etc.). Le programme de Virtual Exchange offre de nombreux avantages aux étudiant-es à savoir:

  • Pas de frais supplémentaires : les étudiant-es de l’UNIGE bénéficient d’un accès totalement gratuit aux cours
  • Une grande flexibilité : La majorité des cours peuvent être suivis de manière asynchrone, ce qui permet aux étudiant-es de les intégrer plus facilement à leur propre emploi du temps.
  • La validation de crédits : Les cours suivis en Virtual Exchange sont crédités dans le cursus académique des étudiant-es sous réserve d’accord des facultés.
  • Une offre de cours enrichie : Les étudiant-es ont accès à une grande variété de cours dans une multitude de domaines. Ces cours offerts par des universités et professeurs réputés à l’international permettent par ailleurs de découvrir de nouvelles perspectives académiques, des approches pédagogiques différentes, ainsi que des exemples et des cas d’étude basés sur des contextes différents.
  • Un enrichissement de son profil : En accédant à une variété de cours et de programmes en ligne, les étudiant-es peuvent avec l’accord de leurs conseillers et conseillères académiques, personnaliser davantage leur cursus en sélectionnant ceux qui correspondent le mieux à leurs centres d’intérêt et à leurs aspirations professionnelles.
  • Un accès à des cours internationaux : Malgré le fait que ce type de programme ne puisse remplacer une expérience de mobilité physique, il peut néanmoins constituer une expérience internationale intéressante en permettant aux étudiant-es de rencontrer virtuellement d’autres étudiant-es et éventuellement de développer leur réseau à l’international.

Pour découvrir l’offre de cours (enrichie chaque semestre) et plus de détails sur la procédure d’inscription, consultez la page internet >>



Scénariser, structurer et valoriser les ressources numériques  

Jade Wang Szilas, Patrizia Birchler Emery, Raphaël Zaffran, Bademba Bah, Centre pour la formation continue et à distance (CFCD) UNIGE, Pôle programmes, pédagogie & partenariats

L’Université de Genève accorde aujourd’hui une importance particulière au développement des compétences de ses collaborateurs/trices. Ainsi, depuis 2016, le Centre pour la formation continue et à distance de l’Université de Genève (CFCD) propose des ateliers à la communauté formation continue (FC UNIGE), composée des équipes enseignantes et gestionnaires des programmes. Les ateliers sont donnés en présence, à distance ou en format hybride et sont filmés depuis 2020. Ils sont conçus selon un programme annuel couvrant les différents aspects  liés à la création, à la refonte et à la gestion des cours de formation continue : par exemple, scénarisation pédagogique, outils e-Learning, outils pour l’administration, communication avec les réseaux sociaux. Des ressources sont proposées en complément des séances (enregistrement et présentations powerpoint des ateliers, forum de discussion, références pour lectures complémentaires) et sont déposées dans un espace Moodle dédié pour chaque cycle annuel.

L’accumulation des ressources et leur sous-utilisation a mené à une réflexion sur leur devenir et à nous poser plusieurs questions :

  • Faut-il les garder, si oui, que peut-on garder ?
  • Comment les rendre plus visibles ?
  • Comment les utiliser de manière efficace ?

Le projet conçu et réalisé pour répondre à ces questions est présenté ici en quelques paragraphes à titre de retour d’expérience, car la possibilité de réitérer le processus le rend applicable à plus grande échelle et dans d’autres domaines.

Contexte

Contexte

Conçu comme une formation continue, le cycle annuel d’ateliers du CFCD se construit autour d’une quinzaine de séances, regroupées en quatre pôles thématiques (Programmes, pédagogie & partenariats, qualité, communication, ainsi qu’administration, finance et ressources humaines). Chaque atelier est construit en veillant à favoriser le transfert de nouvelles informations, connaissances ou compétences dans la pratique quotidienne.
Après des années d’accumulation d’expériences et de ressources, notamment pendant la période Covid, s’est imposée la nécessité de centraliser et scénariser ces ressources pour en rendre l’accès plus aisé aux collaborateurs/trices de la FC UNIGE, d’où l’idée de refondre l’espace Moodle pour les ateliers CFCD, avec pour objectifs de

  • centraliser toutes les ressources (les enregistrements, les supports de présentation, la documentation complémentaire, etc.) dans un même espace;
  • structurer les ressources en les intégrant dans des scénarios d’apprentissage;
  • fournir les informations sur les ateliers en cours tout au long de l’année;
  • sensibiliser la communauté FC UNIGE aux bonnes pratiques de mise en œuvre de formations sur Moodle;
  • proposer des parcours d’apprentissage en auto-formation basés sur les ressources.

Ce projet est au cœur d’une des missions du CFCD, à savoir renforcer les compétences de gestion de programmes de la communauté FC UNIGE. Ainsi, en plus des ateliers synchrones (en présentiel, à distance ou en co-modal), les collaborateurs/trices peuvent dorénavant par exemple s’auto-former à des compétences de base sur Moodle et profiter du nouvel espace de cours Moodle-atelier. Celui-ci est conçu comme un parcours pédagogique leur permettant non seulement de retrouver les ressources-clés liées aux ateliers, mais aussi de se former et de se tester, tout en s’inspirant des bonnes pratiques mises en place dans le cadre d’autres programmes. L’espace Moodle-ateliers vise également à proposer un exemple de bonne pratique de cours en ligne.

L’espace Moodle-ateliers CFCD 

L’espace Moodle-ateliers CFCD

L’espace Moodle pour les ateliers du CFCD est ouvert et accessible à toute la communauté FC UNIGE. Cet espace comprend trois composantes principales :

Les ressources créées au cours des six dernières années ont été regroupées selon les quatre grands axes qui sous-tendent l’élaboration, puis la gestion d’un programme : création, promotion, administration et évaluation. A noter que toutes les ressources depuis 2016 n’ont pas été retenues. En effet certaines étant devenues obsolètes, un tri et une curation des contenus en continu sont nécessaires, afin de permettre à la fois de garantir l’actualité des parcours de formations proposés à partir des ressources et le désencombrement des serveurs.

En cliquant sur l’un de ces quatre axes, on aboutit à une page listant les ressources par thématiques générales (sous-catégories) :

Dans les sous-catégories se trouvent les ressources des ateliers pertinents à la thématique et les quiz qui les accompagnent :

Développements prévus 

Développements prévus
La restructuration des ressources d’ateliers des six dernières années et la mise à disposition d’un espace de cours les présentant de manière cohérente et d’utilisation facile a représenté un travail certes important, mais qui ne constitue que la première étape de notre projet de renforcement des compétences des collaborateurs/trices de la FC UNIGE.

En effet, l’espace Moodle ateliers fera l’objet de développements, par exemple:

  • ajout de nouvelles ressources (ateliers en cours),
  • mise à jour des ressources proposées dans les domaines où il y a des évolutions (inscription en ligne, par exemple),
  • abandon des ressources qui ne sont plus pertinentes,
  • perfectionnement des parcours de formation en insérant des évaluations formatives sous forme de quiz, pour permettre un auto-apprentissage efficace.

Nos réflexions porteront aussi sur les possibilités de valoriser l’apprentissage en continu des collaborateurs/trices: comment évaluer et attester les compétences acquises ?

Structurer les ressources pour les mettre en valeur 

Structurer les ressources pour les mettre en valeur  
A travers la mise en œuvre de ce projet et la possibilité de réitérer le processus dans d’autres domaines, le CFCD entrevoit des applications à l’échelle de l’institution :

  • Comment éviter la duplication du travail au sein de l’Université et organiser efficacement les ressources créées par ses différents services ?
  • Comment rendre les contenus plus accessibles et visibles pour un public plus large ?
  • Comment renforcer la collaboration entre les différents services de l’université à travers des initiatives du même type ?

L’expérience du CFCD a montré qu’en sélectionnant des ressources déjà pertinentes et en les organisant, dans un but pédagogique, dans des parcours de formation personnalisés et auto-dirigés, on peut éviter de recréer sans cesse de nouvelles ressources. L’accent est mis ici sur la formation, c’est pourquoi nous avons utilisé Moodle pour ce projet, un LMS (Learning Management System) ou plateforme d’enseignement, où l’apprenant-e a une forte interaction avec le système. Les créateurs/trices de cours peuvent facilement suivre les progrès des apprenant-es et collecter des données pour l’analyse de l’apprentissage. Toutes les informations collectées, mesurées, évaluées et analysées sont finalement utilisées pour améliorer et optimiser le processus d’apprentissage en ligne. C’est ainsi que les objectifs de formation peuvent être atteints.

Alors, que peut-on faire pour aider à restructurer plus efficacement ces ressources et les rendre plus accessibles, plutôt que de multiplier les initiatives parfois coûteuses ? Il est important de considérer ici les deux fonctions de la mise en page des ressources pédagogiques : l’une esthétique, pour inciter à les consulter, et l’autre fonctionnelle, pour faciliter l’apprentissage. L’apport de connaissances doit être fourni de manière à ce que les apprenant-es puissent rapidement identifier la structure logique des informations fournies afin de les aider à apprendre à leur tour de manière ordonnée. Lors de la conception, nous avons donc tenu compte de plusieurs points essentiels, tels que:

  • la hiérarchisation des ressources,
  • la distinction entre les informations primaires et les informations supplémentaires,
  • la présentation et la mise en évidence de cette réorganisation par le biais de l’esthétique visuelle et une réflexion sur l’expérience utilisateur/trice.

Enfin,  l’apprentissage se fait grâce à des activités interactives ayant un but pédagogique. La sélection des ressources existantes a même inclus la collecte de Q&A destinées aux publics cibles dans différents lieux, la création de différentes activités basées sur ces questions en utilisant différents outils, des quiz pour renforcer l’acquisition des connaissances et un test final pour évaluer les résultats de la formation. 

Le projet présenté dans ce billet est basé sur des pratiques de formation des collaborateurs spécifiques au CFCD et sur les ressources produites lors des ateliers organisés à leur intention. Sa mise en œuvre a montré qu’en sélectionnant des ressources pertinentes et en les organisant dans un but pédagogique, on peut éviter de recréer sans cesse de nouvelles ressources. Ce processus peut être réitéré dans d’autres domaines et à différentes échelles. Il ouvre ainsi une fenêtre de réflexion sur ce qui pourrait réalisé au niveau de services plus importants de l’UNIGE et même au niveau de l’ensemble de l’institution pour éviter la duplication de création de ressources, rendre les contenus créés plus visibles et accessibles à un public plus large, ainsi que renforcer la collaboration entre les différents services de l’UNIGE.



Début de la nouvelle édition du prix Credit Suisse Award for Best Teaching (2023). Dépôt des candidature dès le premier décembre 2022 jusqu'au premier février 2023.

L’innovation pédagogique : valoriser la créativité dans l’enseignement

C’est en 2019, de l’initiative de la Commission d’Innovations Pédagogiques (CIP), qu’est née la Plateforme d’Innovations Pédagogiques. Forte de son succès, elle recense aujourd’hui plus de 130 projets au sein de l’Université de Genève et des universités partenaires (UNINE, bientôt des projets de l’UNIL, etc.). Au-delà de la possibilité pour un-e enseignant-e de s’inspirer des projets et contacter l’enseignant-e responsable afin d’échanger, demander des conseils et élaborer son propre projet pédagogique, la plateforme a aussi pour ambition de valoriser la créativité et l’engagement du corps enseignant.

Chaque année, les conseillers et conseillères pédagogiques du Pôle de soutien à l’enseignement et l’apprentissage (SEA) accompagnent et conseillent les équipes enseignantes dans leur volonté d’améliorer l’enseignement et l’élaboration de leur projets. Le Pôle SEA fait également ce travail de valorisation des projets et coordonne le prix de l’enseignement qui récompense chaque année des actions innovantes déjà en place, favorisant l’apprentissage des apprenantes et apprenants au sein de l’Université.

En 2022, c’est le projet Improvisation théâtrale qui a remporté le Credit Suisse Award for Best Teaching. Les Dre Jennifer Socquet, Dre Pauline Haemmerli, Dre Nadia Bajwa, Aurélia Platon et Lygia Pavitt (co-fondatrice d’Impro Impact) ont créé un atelier interactif de sensibilisation aux risques de sexisme et harcèlement sexuel par le biais de l’improvisation théâtrale. Le dispositif pédagogique innovant mis en place se distingue par une interactivité, une proximité à la réalité et une démarche artistique, scientifique et engagée. La cérémonie de remise de prix a eu lieu à la Faculté de Médecine et les lauréates ont pu présenter leur projet à l’occasion du collège des professeur-es.

Dans quelques jours, la nouvelle édition du Credit Suisse Award for Best Teaching débutera. Toutes les candidatures sont les bienvenu-es et pour vous aider à monter votre dossier, vous pouvez participer à la séance d’information qui aura lieu le 12 décembre en ligne !

Lire aussi l’article précédent sur le sujet >>