• Ciel cherche: rédacteurs/trices

Tag : appel à réflexion

La vidéo pédagogique

Dans une époque où l’utilisation des nouvelles technologies augmente en continu, des nouvelles pratiques s’affirment également dans le contexte de l’enseignement, de l’éducation et de la formation.

L’adoption et l’intégration des technologies digitales s’étendent à l’ensemble des dispositifs de formation, de la formation initiale à la formation continue et professionnelle, et le recours à la vidéo dans ces différents contextes est de plus en plus fréquent.

Un certain nombre de capsules vidéo développées dans l’enseignement supérieur sont en libre accès sur internet, pour leur réutilisation simple. Ces productions donnent un bel aperçu des multiples possibilités de réalisation des vidéos et peuvent donner des indices pour la production d’un projet d’enseignement personnel.

La vidéo que l’on inclut dans l’enseignement n’a pas besoin d’être parfaite ni de couvrir entièrement le sujet enseigné. Elle peut juste servir d’amorce à la thématique que l’on aborde pour lancer un débat, favoriser l’interactivité avec les étudiant-es et déconstruire leurs représentations avant de leur transmettre le contenu du cours.

Le Pôle de soutien à l’enseignement et l’apprentissage (SEA) et le centre de compétences MédiasUnis des Activités culturelles s’unissent pour proposer une vidéo informative sur ce qu’est une (bonne) vidéo pédagogique.



Repenser l’Évaluation comme levier supplémentaire d’apprentissage au XXIe siècle – Appel à réflexion

La seconde phase d’enseignement à distance imposée par l’évolution de la pandémie de COVID-19 montre que loin d’être une simple parenthèse avant de revenir à la « normale », l’enseignement à distance et plus particulièrement les examens à distance vont devenir une pratique qui va s’imposer durablement et devenir de plus en plus courante en intégrant les méthodes pédagogiques des hautes écoles.

La question cruciale qui se pose dès lors est celle de la garantie de la qualité des diplômes délivrés. Dans le cas particulier des évaluations à distance, il s’agit de s’assurer des conditions dans lesquelles ces évaluations se déroulent et en particulier du contrôle d’identité des étudiants. Ceci est donc directement en lien avec des craintes de triches de toutes natures. A distance, signifie que l’étudiant est loin des yeux et que loin des yeux, il peut, et donc qu’il va forcément tricher. La solution qui semble largement adoptée pour y faire face consiste à rechercher des solutions purement « technicistes » aussi appelé « solutionnisme »[1]. Les examens à distance s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication, il est tentant d’avoir recours à ces technologies pour mettre les étudiants sous étroite surveillance avec comme objectif l’éradication de la triche. Ces méthodes sont regroupées sous le terme de « proctoring ». Elles visent à surveiller l’étudiant soit pour empêcher la triche, soit pour détecter la triche de façon la plus automatisée possible. Elles reposent sur des techniques de plus en plus sophistiquées qui complexifient pour les étudiants, mais aussi pour les enseignants la mise en place et le passage d’un examen. Elles posent aussi par principe une présomption de culpabilité pour l’étudiant, si ce n’est de tricher, au moins de vouloir tricher.