• Ateliers pratiques en enseignement - automne 2021
    Ateliers pratiques en enseignement - Dès le 15 octobre 2021 - Inscriptions ouvertes!
  • bbs
    BBS 7décembre - La question de la vie privée du point de vue des médias sociaux : enjeux publics et politiques

Utiliser OneNote pour ses études : débuter avec OneNote

Utiliser OneNote pour ses études : débuter avec OneNote

Les étudiant·e·s utilisent de plus en plus souvent l’ordinateur pendant leurs études. C’est en particulier le cas pendant les cours, la prise de notes se faisant principalement sur ordinateur.

Ce billet présente les bases de OneNote, logiciel dédié à la prise de  note.

Particularité et versions du logiciel

OneNote est un logiciel de la suite Microsoft Office, qui permet de prendre des notes et d’organiser l’information. Il existe en deux formats : application installée (version complète) et app (version très limitée). L’application fonctionne uniquement sur PC, l’app sur PC,  MacOS, iOS et Androïd.

La distinction entre l’application installée et l’app est présentée ci-dessous :

Pourquoi préférer OneNote ?

OneNote permet de prendre des notes et de faire des brouillons, rapidement et facilement. On peut cliquer n’importe où dans la page pour insérer facilement des espaces et ajouter des éléments par la suite, mais aussi intégrer des diapositives PowerPoint et des textes à apprendre en vue de les annoter.

La plupart des étudiant·e·s utilisent plutôt PDF ou Word (un autre logiciel de Microsoft Office). Ces logiciels sont intéressant si on doit travailler sur des textes, mais ne sont pas adaptés pour travailler sur des contenus et des formats que l’on ne connais pas par avance.

La prise de notes pendant les cours a pour objectif de retenir les informations pertinentes et de comprendre les nouveaux contenus présentés, afin d’en faciliter la mémorisation en vue des examens. Les notes prises pendant les cours devront donc être retravaillées et restructurées à la maison pour y intégrer les notes de lecture.

Comment créer et organiser son bloc-notes ?

OneNote démarre avec l’écran ci-dessous. L’organisation de OneNote se présente comme un cahier papier avec des onglets. Il y a trois niveaux: le point rouge indique le nom du bloc-notes; à l’intérieur de votre bloc-notes, vous pouvez avoir plusieurs sections (point bleu); et enfin les sections peuvent comporter plusieurs pages, marquées d’un point vert.

Pour ajouter un nouveau bloc-notes, cliquez droit avec votre souris et sélectionnez « Nouveau bloc-notes » dans la boîte qui apparaît, comme indiqué dans l’image ci-dessous.

Pour ajouter des sections, cliquez sur l’étoile d’un nouveau onglet et nommez-le (double-clic pour changer le nom).

Pour ajouter des pages de section, cliquez sur « Nouvelle page » dans la colonne de droite. Pour donner un titre à la page, ajoutez le texte dans le cadre pointillé sur la page (marqué d’un point rouge dans l’image ci-dessous).

Voici un exemple pour organiser votre bloc-notes:

  • Bloc-notes 1: BA1
    • Section 1: branche A
      • Page 1: date premier cours
      • Page 2: date deuxième cours
    • Section 2: branche B
      • Page 1: date premier cours
      • Page 2: date deuxième cours
  • Bloc-notes 2: BA 2

et ainsi de suite.

Avant de commencer à utiliser activement OneNote cependant, il est important de préparer les pages. En principe, OneNote est un cahier numérique avec des pages sans limite de longueur. Comme vous aimerez probablement imprimer vos pages dans le cadre de vos révisions, il est important d’en limiter la taille. Il est recommandé, avant de commencer, de fixer le format de page avec lequel l’on aimerait travailler. Pour ce faire, cliquez sur « Affichage », puis « Format du papier » et ensuite sur « A4 », comme montré dans l’image suivante:

Votre bloc-notes est maintenant prêt à l’utilisation.

Comment prendre et gérer ses notes dans OneNote ?

Vous pouvez dès lors organiser la mise en page et la prise de notes. Au besoin, vous pouvez changer la couleur et les règles de votre page. Cliquez sur « Affichage » et choissisez une couleur ou réglure en cliquant sur « Couleur de la page » et/ou « Réglure »

Pour la prise de notes, allez sous l’onglet « Dessiner ».

  1. Prise de notes. Pour commencer à écrire ou après avoir utilisé une autre fonction de OneNote, il faut toujours cliquer sur ce bouton pour reprendre l’écriture. Au début cela peut être confondant, mais vous vous y habituerez vite.
  2. Effacer des parties de vos textes et/ou dessins
  3. Sélectionner des parties dans votre page
  4. « Se balader » sur votre page
  5. Des « stylos » pour dessiner ou souligner du texte
  6. Des « feutres » pour dessiner ou surligner du texte
  7. Insertion des formes, comme dans Word, p. ex.
  8. Insertion d’un espace dans la page. Cette fonction sera plus détaillé plus loin dans ce billet.

Ci-dessous deux exemples:

Comment insérer et travailler des textes dans OneNote ?

On peut insérer des textes ou des diapositives, entre autre au format PowerPoint, Word et PDF.

Pour ce faire, aller sous l’onglet « Insertion ». Etant donné que OneNote fonctionne comme un bloc-notes papier, il faut cliquer sur « Impression de fichier ». Vous copiez-collez, de cette manière, les diapositives sur la page de votre bloc-notes, un peu comme imprimer les diapositives et les coller dans votre cahier papier.

La fonction « Joindre le fichier », quant à elle, insère un fichier en annexe comme dans un e-mail.

Comment créer des espaces ?

Un des plus grand inconvénient de la prise de notes dans Word (ou sur papier) est qu’au moment d’ajouter un élément, on doit insérer nombre de sauts de ligne dans Word ou ajouter des feuilles de papier supplémentaires.

OneNote a trouvé une solution originale pour résoudre ce problème: la fonction d’insertion d’espaces.

Vous le trouverez le bouton en deux endroits:

1. Tout à gauche sous l’onglet « Insertion »

2. Au milieu sous l’onglet « Dessiner »

Cliquez sur le bouton, puis placez le curseur à l’endroit où vous souhaitez insérer l’espace et tirez avec la souris ver le bas pour créer l’espace dont vous avez besoin:

Comment imprimer son bloc-notes ?

À terme, vous aimerez sans doute imprimer votre document OneNote. En préparant votre bloc-notes, vous avez déjà fixé la taille de la page A4 (voir plus haut).

Allez sous l’onglet « Fichier » et cliquez ensuite sur « Imprimer ».

Sélectionnez ensuite à nouveau la taille A4, si elle ne s’affiche pas automatiquement.

Au terme de ce billet, vous avez vu tous ce qu’il vous faut pour débuter avec OneNote. Vous aimeriez suivre une formation? Consultez ce lien pour plus d’information.

Bon travail!

Mirjam Mekhaiel

Soutien à l’apprentissage

Pôle de soutien à l’enseignement et l’apprentissage



L’impression de diapositives et textes pratique et écologique

Pendant les études à l’université, il y a un grand nombre de cours à suivre ainsi que beaucoup de lectures à traiter. Étant donné qu’on apprend mieux si on travaille sur support papier qu’en version électronique, nous conseillons aux étudiant∙e∙s de choisir la première solution.

Sachant qu’imprimer tous ses cours n’est pas très écologique, il y a des choix à faire: soit l’on imprime dans un format numérique, ce qui aura un impact négatif sur la vision et sur l’apprentissage; soit on imprime sur support papier avec stratégie, en essayant de limiter au possible l’impact sur l’environnement.

Concernant la prise de notes pendant les cours, l’étudiant∙e choisit en fonction de ses propres méthodes de travail, mais aussi selon le type de cours ou le type de contenu. Pour les étudiant∙e∙s qui décident de prendre des notes sur papier, nous vous expliquons plus loin comment vous pouvez imprimer les slides (diapositives) de manière plus écologique. Puis nous expliquerons comment imprimer les textes à relire pour les examens.

Nous vous montrerons également comment imprimer plusieurs diapositives par page et en recto-verso, autrement dit sur les deux faces d’une feuille.

Imprimer les diapositives PowerPoint à partir de PowerPoint

En général, il faut éviter d’imprimer une diapositive par page, car cela devient très volumineux, pas seulement au regard du volume de papier imprimé, mais aussi pour l’organisation de ces documents. Néanmoins, dans certains cours, les professeur∙e∙s présentent des cartes ou des schémas compliqués et/ou détaillés. Dans ce cas, il vaut mieux imprimer les diapositives sur une page malgré tout. Indiquez dans PowerPoint quelles diapositives vous aimeriez imprimer en grand format, ensuite, choisissez l’orientation « paysage » et « retourner selon les bords courts ». Si vous imprimez plusieurs diapositives par page, évitez de gâcher trop de papier. Pour avoir assez d’espace pour ajouter des notes durant le cours, il est cependant préférable de se limiter à quatre diapositives par page, au maximum. A vous de choisir si vous préférez imprimer ces quatre diapositives en orientation portrait ou paysage.

Une diapositive par page – Orientation paysage

2, 3, 4 ou 6 diapositives par page – Orientation paysage

2, 3, 4 ou 6 diapositives par page – Orientation portrait

Imprimer les diapositives au format PDF

D’autres professeur∙e∙s distribuent les présentations PowerPoint au format PDF. Dans ce cas, imprimer des diapositives devient un peu plus compliqué. Comme pour les présentations PowerPoint, nous vous conseillons d’éviter d’imprimer une diapositive par page si cela n’est pas absolument nécessaire. Pour imprimer plusieurs diapositives PDF sur une page, les meilleurs résultats sont obtenus avec deux ou trois diapositives. Vous êtes libre de choisir d’imprimer en orientation paysage ou en orientation portrait.

Une diapositive par page – Orientation paysage

2 ou 3 diapositives par page – Orientation paysage

2 ou 3 diapositives par page – Orientation portrait

Imprimer des textes à partir de MS WORD

Si vous n’avez une bonne vue et que vous arrivez à lire des textes en petits caractères, imprimer deux pages de texte est la solution recommandée. Si vous préférez avoir une page de texte par page imprimée, faites-le au moins en recto-verso.

1 page de texte par page

2 pages de texte par page

Imprimer des textes à partir d'un fichier PDF

Pour imprimer des textes au format PDF, procéder comme avec WORD. Cependant, il faut faire attention au fait que dans certains cas, le document PDF présente deux pages de texte sur une, mais décrit la mise en page comme des pages isolées. Contrôlez bien si c’est le cas pour éviter d’imprimer par accident quatre pages de texte sur une page. Cela sera trop petit, même si on a une bonne vue !

1 page de texte par page

2 pages de texte par page

Bon travail!

Mirjam Mekhaiel

Soutien à l’apprentissagePôle SEA

 



Concept mapping, mind mapping, est-ce la même chose ?

E-learning mind map, business concept on blackboard

À chaque fois que l’on on parle de cartes spatiales, on finit toujours avec la question «mais y a-t-il vraiment une différence entre le concept mapping et le mind mapping?», suivie par: «alors est-ce que leur différence est si importante en pratique ?».

Dans ce billet, j’approfondis ces questions en détaillant les deux structures, puis en montrant la marche à suivre pour les mettre en pratique.



5 conseils pour, d’emblée, bien commencer son semestre !

Check Mark On Chalkboard

Après les «vacances» d’hiver et la première session d’examens de cette année académique, tous les cours ont repris cette semaine. A la différence du semestre d’automne, le semestre de printemps n’offre malheureusement pas de grande coupure pour préparer les examens de juin. Les vacances de Pâques auront lieu du 14 au 23 avril 2017[1] et certaines facultés organiseront des semaines d’étude libre[2]. Mais il est bien possible que votre dernier cours ait lieu vendredi 2 juin, immédiatement suivi par votre premier examen le lundi 6 juin. QUE FAIRE ??!!



Les valeurs dans l’enseignement supérieur : retour sur le 29ème Congrès de l’AIPU

AIPU2016

Du lundi 6 juin au jeudi 9 juin 2016, le 29ème Congrès de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire s’est déroulé à Lausanne. Le thème en était « Les valeurs dans l’enseignement supérieur ».

Lundi 6 juin

Session 1 – Projet professionnel de l’étudiant·e

Accompagner la construction du projet professionnel de l’étudiant·e tout au long de son bachelier en sciences psychologique et de l’éducation : analyse d’un dispositif

Véronique Leroy et Mariane Frenay de l’Université Catholique de Louvain ont présenté leur travail sur le projet professionnel des étudiant·e·s en psychologie pour renforcer leur insertion socio-professionnelle. Les étudiant·e·s construisent tout au long de leur Bachelor un portfolio basé sur trois axes :

  1. Connaissance de soi-même
  2. Connaissance de son parcours de formation
  3. Connaissance de la diversité du champ professionnel de la psychologie

Ce projet suscite réflexion et raisonnement en profondeur, notamment dans le choix des stages, des cours à option, des choix de master et des domaines professionnels futurs.

Session 2 – Améliorer l’expérience d’apprentissage des étudiant·e·s

Développer, chez l’étudiant·e, esprit critique et discernement dans la recherche d’information 

Dans cette présentation, Jean-Paul Pinte paarle de l’usage de l’information en ligne. La question qui revient de plus en plus: comment peut-on identifier l’information pertinente et fiable dans les ressources trouvées sur’internet, par rapport à d’autres sources.

Réception et perceptions des feedback par les étudiant·e·s de première année à l’université

Cette recherche montre l’impact du feedback donné par l’institution et par l’enseignant·e aux étudiant·e·s. En utilisant un questionnaire et des entretiens qui traitent le « qui », « quoi » et le « comment » du feedback, les chercheurs (Caroline Dozot, Marc Romainville et Mariane Frenay) ont pu constater que les étudiant·e·s n’adaptent pas (assez) leurs méthodes de travail au terme d’une évaluation (note ou remarque), pour une session d’examens ultérieure par exemple. Souvent, la validation d’un cours ou une comparaison avec d’autre étudiant·e·s leur semble suffisant et ils ne voient pas forcément la nécessité de changer ses comportements.

Innovation pédagogique en parcours Grande Ecole : impact sur l’évolution du dispositif de formation et sur l’apprentissage

Les chercheurs Pierre-Yves Sanséau, Caroline Cuny et Emmanuelle Villiot-Leclerq exposent les résultats d’une recherche qu’ils ont menée auprès des étudiant·e·s en première année de Grenoble Ecole de Management, qui avait pour but de mesurer la perception de la construction des compétences transversales dans différents contextes et situations d’apprentissage. Le trio des constructions qui favorisent l’apprentissage des étudiant·e·s est :

  1. Live business cases (travail avec responsabilité dans une organisation)
  2. Travaux en groupe
  3. Combinaison des contextes et leurs cours

Les stages traditionnels ont moins d’impact, parce que les étudiant·e·s sont trop cadré et n’ont pas vraiment l’occasion d’expérimenter leur métier futur.

Mardi 7 juin

Session 3 – Atelier : Stimuler l’envie d’apprendre et la motivation à étudier

Durant cet atelier, Hélène Weber a montré ce qu’elle fait à l’Université de Technologie de Troyes, pour aider à réussir.

Les étudiant·e·s doivent participer à quatre blocs liés à l’amélioration de leurs méthodes de travail, pour le cas où leurs scores seraient insuffisantes au terme du deuxième semestre:

  1. Apprendre à se motiver
  2. Apprendre à apprendre
  3. Apprendre à s’organiser
  4. Apprendre à se projeter sereinement vers l’avenir

La procrastination est un comportement particulièrement problématique. Pour lutter contre, il est indispensable de comprendre la problématique, ensuite d’exploiter des ressources et enfin d’établir un plan contre la procrastination. Ce qui aide souvent est d’apprendre aux étudiant·e·s à planifier leurs moments de détente et de planifier les moments de travail autour des moments de détente. Il faut donner du sens à ce qui nous freine.

Pour plus d’information : www.donnezdusens.fr

Session 4 – Professionnalisation et employabilité des étudiant·e·s

Un dispositif d’apprentissage professionnalisant : l’initiation aux bonnes pratiques de laboratoire, une approche interdisciplinaire des travaux pratiques en BA1 biologie médicale visant à une meilleure intégration des règles et techniques de base

Dans le bachelier-technologue de laboratoire en biologie médicale, la Haute Ecole Francisco Ferrer a réformé la formation et revu les acquis d’apprentissage des différents cours proposés. Les quatre objectifs d’apprentissage sont :

  1. Professionnalisme
  2. Responsabilité
  3. Rigueur
  4. Autonomie

La structure du Bachelor a été revisée et il est maintenant demandé aux étudiant·e·s de réécrire (schématiser) les étapes des acquis d’apprentissage selon leur propre logique, afin d’être prêt·e au moment de l’évaluation.

Session 5 – Posters : Compétences transversales

1. Cours de recherche de la documentation en ligne, faisant d’un cours en première année à l’Université de Lausanne. Ce cours établi, à l’aide d’une plateforme, le lien entre les enseignant·e·s et la bibliothèque.

2. Peer-tutoring dans un cours de langue (extra-curriculaire) au Liban, où les étudiant·e·s avancé·e·s soutiennent les étudiant·e·s débutant·e·s.

3. L’autonomie des étudiant·e·s où compétences et valeurs sont interalliées.

4. Tutorat de pair·e·s : un·e ingénieur·e pédagogique accompagne trois tuteurs/tutrices (engagé·e·s) qui accompagnent environ 25 étudiant·e·s chacun·e. Cet accompagnement a lieu sous forme d’ateliers sur les différentes méthodes de travail, comme par exemple la prise de notes.

5. Faire preuve d’une réflexion éthique pour poser un acte professionnel :

  1. Connaître
  2. Reconnaître
  3. Appliquer
  4. Réfléchir sur

Mercredi 8 juin

Session 6 et 7 – Atelier : Comment aider nos étudiant·e·s à se mettre au travail ou à y rester ?

Pendant cet atelier, qui consistait en deux sessions, l’équipe d’ADAPTE a demandé à l’audience ce qu’elle exige habituellement à ses étudiant·e·s. Ils se basent sur la théorie des stratégies volitionnelles (qui ont trait à la volonté), qui se focalisent sur le concept de la mise au travail et celui de continuer à travailler. Ils ont montré que six facteurs peuvent influencer la volition des étudiant·e·s, à savoir :

  1. Ressources
  2. Environnement
  3. Temps
  4. Attention
  5. Motivation
  6. Émotion

À l’aide de plusieurs exercices, les participant·e·s ont pu réfléchir et partager leurs expériences par rapport à la procrastination et la motivation. Dans un exercice, il fallait d’abord répondre individuellement, puis en petit groupe et enfin en public à la question de ce qui peut détourner d’une tâche. Un deuxième exercice se focalisait sur l’analyse d’une situation de procrastination dont il fallait déterminer :

  1. La situation/le contexte
  2. Le type de la tâche à procrastiner
  3. Le type de tentation « résistée »
  4. Comment le sujet y est arrivé malgré tout
  5. Le sentiment pendant
  6. Le sentiment après

Ils ont fini leur présentation par une description qualitative de leur questionnaire sur 45 stratégies volitionnelles.

Pour plus d’information : www.adapte.be

Session 8 – Stress chez les étudiant·e·s

Survivre à ses études pour devenir médecin : stratégies d’apprentissage des étudiant·e·s lausannois·e·s

La faculté de médecine, en particulier, discute de l’apprentissage en vue du métier de médecin versus l’apprentissage en vue des examens. Au début de la première année, les étudiant·e·s témoignent d’un grand engagement pour un apprentissage en profondeur. Malheureusement, au fur et à mesure que l’année passe, leurs stratégies s’orientent de plus en plus vers leurs examens parce qu’il y a un écart entre ce que les étudiant·e·s doivent apprendre, ce que les enseignant·e·s doivent enseigner et ce que l’institution veut comme résultat. Afin de casser ce cercle vicieux, l’École de Médecine de Lausanne organise des journées de rencontre entre étudiant·e·s, enseignant·e·s et l’institution.

Impact du stress chez les étudiant·e·s de la Haute École Pédagogique du Valais (HEPVS) sur leurs apprentissages et leurs motivations

La cause du stress académique est liée à l’évaluation cognitive que les étudiant·e·s font de leur situation, telle qu’ils la perçoivent. En se basant sur la motivation intrinsèque et la motivation extrinsèque, on peut attribuer les causes du stress aux facteurs internes autant qu’externes. L’intérêt pour le futur est de rechercher dans quelle mesure le stress peut être modifié en fonction du style d’apprentissage de l’étudiant·e, et de son type de motivation.

Session 9 – Aide à la réussite

Outils d’aide à la réussite dans le cadre du cours de biologie en premier bachelier de la Faculté des Sciences à l’Université de Liège : présentation et analyse

L’Université de Liège propose, dans le cadre des cours en biologie, des cours obligatoires d’aide à l’étude. Il s’agit de huit séances où les étudiant·e·s ont des devoirs (exercices d’application vue en cours) à faire, qui sont conditionnels à la participation à ces séances. Ces cours d’aide à l’étude sont en plus des cours magistraux et les travaux pratiques. Les étudiant·e·s travaillent, en class,e sur la matière et doivent ensuite expliquer et discuter des résolutions d’exercices au  tableau noir.

Ma réussite : outils de dépistage et de soutien

À l’aide du portail « Ma réussite » que l’Université de Laval a mis en place, les étudiant·e·s peuvent indiquer leurs progressions, les implications de leur apprentissage et leur parcours universitaire.  Il permet la détection en amont des étudiant·e·s en situation difficile, grâce à une approche proactive pour encadrer ces étudiant·e·s d’une part, à la gestion des études par les étudiant·e·s eux-mêmes d’autre part. En intégrant les notes d’examens et en impliquant directement les enseignant·e·s, les étudiant·e·s à risque peuvent être détecté∙e∙s plus tôt.

Pour plus d’information : http://www.enseigner.ulaval.ca/appui-a-l-innovation/appui-la-reussite-et-depistage-des-etudiants-en-difficulte

Jeudi 9 juin

Session 10 – Motivation, engagement des étudiant·e·s

Physique et Défis : une activité d’apprentissage par projet qui ne manque pas de PUNCH

Les études de physique sont très théoriques et la pratique vient souvent très tard dans la formation. Dans un cours de physique à l’Université de Namur, Matthieu Dontaine, Jim Plumat et Johan Tirtiaux ont lancé un projet afin de permettre aux étudiant·e·s d’évaluer s’ils sont correctement orientés. Le projet propose un défi, rémunéré de €100 par groupe pour sa résolution. Il est organisé sous forme d’un séminaire, de la création d’un poster, d’un rapport et la soutenance de la solution. Durant le processus, les étudiant·e·s sont encadré·e·s et coaché·e·s par des assistant·e·s, doctorant·e·s et enseignant·e·s.

L’enseignement des stratégies d’autoévaluation en première année universitaire

À l’entrée à l’université, les étudiant·e·s sont soumis à un nouveau contexte d’autonomie. Pouvoir s’autoévaluer est une compétence très importante, mais pas évidente. En intégrant des stratégies d’autoévaluation métacognitives dans l’enseignement, Mirjam Mekhaiel a montré comment on peut aider les étudiant·e·s à mieux gérer le traitement de l’information, à estimer la difficulté du travail à faire et le temps nécessaire pour travailler sur différents types de tâches.

Pour plus d’information : www.unige.ch/dife/sa/recherche

Typologie de projet professionnel d’étudiant·e·s scientifiques selon leurs types de motivation aux études et leurs valeurs individuelles dominantes

Dans le cadre d’un cours en géologie de l’Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, Hervé Leyrit a pu distinguer quatre types de motivation de ses étudiant·e·s :

  1. la motivation intrinsèque
  2. la motivation intégrée
  3. la motivation contrôlée
  4. l’amotivation

Ces quatre types de motivation sont basés sur la théorie de l’autodétermination, les 10 valeurs de Schwarz et les différentes préférences professionnelles en termes de métier, de taille d’entreprise et de localisation géographique.

Rendez-vous pour le 30ème congrès de l’AIPU en 2018 au Bénin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer