• Brown Bag Seminar - 28 février 2019

Tag : mindmap

Le Mind Mapping

Lors du cursus universitaire, les réussites et les échecs jalonnent notre parcours d’étudiant. La réussite provoque un effet galvanisant qui nous motive à persévérer. L’échec en revanche marque des pauses et nous amène à réfléchir.

Cette réflexion peut déboucher sur une remise en question interne et très personnelle, on va s’interroger sur sa place à l’Université, sur ses futurs choix professionnels, ses capacités d’apprentissage.

Suis-je fait pour des études universitaires ? La branche que j’ai choisie me convient-elle ? Est-ce que j’ai les capacités pour suivre le rythme des cours ?

 Cette réflexion peut également être plus superficielle et axée sur des facteurs externes. On va alors avoir tendance à imputer nos échecs à un manque de temps ou à des conditions particulières.

Si seulement j’avais eu encore un ou deux jours de plus pour réviser cet examen ! De toute façon ce cours, je n’ai pas eu le temps d’y aller ! Si le professeur bien expliqué cette thématique en cours j’aurais réussi l’examen !

Au-delà de ces considérations, il y a un questionnement plus rare, mais pourtant essentiel :

Les méthodes d’apprentissage que j’utilise sont-elles efficaces ?

Actuellement, aucun enseignement n’est consacré aux techniques d’apprentissage, autrement dit à « apprendre à apprendre ». Chacun façonne sa propre méthode bon an, mal an au fil de son parcours d’étude. Or, il est important de savoir que toutes ces méthodes ne se valent pas, certaines étant plus efficaces que d’autres ! Ainsi on assiste à des situations paradoxales où certains étudiants révisent pendant des heures, mais échouent aux examens alors que d’autres réussissent brillamment après un simple bachotage la veille des épreuves.

Trouver une bonne méthode d’apprentissage à l’Université est essentiel pour votre réussite !

Ne restez pas focalisé sur une méthode rigide et chronophage si elle ne vous donne pas entière satisfaction, soyez ouvert et prêt à tester de nouvelles techniques. Le temps passé à découvrir de nouvelles méthodes sera largement rentabilisé pour la suite de vos études.

Une méthode, parmi tant d’autres que vous nous proposons ici est le mind mapping (ou carte heuristique en français). Par l’utilisation de mots-clés, cette technique consiste à extraire et organiser des informations afin de favoriser la réflexion et la compréhension autour d’une idée ou d’un cours. Une mind map peut être définie comme un outil mental holistique visuel et graphique qui, comme son nom l’indique, s’apparente au niveau de la mise en forme davantage à une carte qu’a un texte. Contrairement à la prise de note linéaire qui consiste uniquement à réécrire plus ou moins mot pour mot les idées de manière linéaire, cette méthode permet de se libérer du carcan de la linéarité (une dimension) pour progresser vers une prise de note multidimensionnelle.

Comment procéder ? Nous allons vous montrer les différentes étapes pour passer d’un texte à une mind map en nous appuyant sur un résumé de cours de Psychologie cognitive.

ÉTAPE I : EXTRACTION DES MOTS-CLÉS

L’objectif du mind mapping est d’identifier les concepts importants (mots-clés), nous allons donc les détecter pour les extraire de notre texte (en rouge).

Figure 1. Extraction des mots-clés en rouge

ÉTAPE II : PLACEMENT D’UNE IMAGE CENTRALE

On va commencer par mettre au centre de notre page, une image qui représente le cours que nous allons aborder. Dans l’exemple, pour « psychologie cognitive » nous choisissons l’image d’un cerveau.

Figure 2. Placement de l’image centrale

ÉTAPE III : STRUCTURE ET MISE EN FORME

Une fois que nous avons identifié les mots-clés et leurs relations, nous allons pouvoir les organiser dans notre carte mentale. À partir d’une image centrale reflétant le cours abordé (Figure 2). La mind map s’élabore en ajoutant les idées-forces clés (ex. thématiques), puis en rajoutant des ramifications de deuxième (ex. sujets) et de troisième niveau (ex. détails), voir Figure 3. Aucune limite ne restreint le nombre de branches, l’arborisation de la mind map est sans limites. Au fur et à mesure de l’élaboration de la mind map il est également recommandé d’établir des relations entre les différentes branches. Ces relations peuvent se matérialiser sous forme de liens, d’images, de flèches ou de couleurs.

Figure 3. Exemple de mise en forme et de structure d’une mind map

ÉTAPE IV : RENDRE SA CARTE HEURISTIQUE MÉMORABLE

Basé sur le texte proposé, voilà un exemple de mind map pouvant être réalisée. Pour faciliter votre compréhension et mémorisation du contenu, n’hésitez pas à ajouter des couleurs, des liens et des images personnalisées. Ne réfléchissez pas trop sur vos images, souvent les plus mémorables sont celles qui vous viennent spontanément à l’esprit.

Figure 4. Exemple de carte heuristique

Vous pouvez élaborer vos mind maps à la main en utilisant des feutres de couleurs et des feuilles A4 ou A3 à l’horizontale. Vous pouvez également utiliser des plateformes en ligne ou des logiciels dédiés. En voilà deux exemples gratuits :

Framindmap: https://framindmap.org

Free mind: http://freemind.sourceforge.net/wiki/index.php/

Si vous souhaitez plus d’informations sur la méthode outre les informations que vous pourrez trouver gratuitement sur Internet, nous vous recommandons la lecture de ce livre :

Buzan, T. (2005). The Ultimate Book of Mind Maps: Unlock Your Creativity, Boost Your Memory, Change Your Life. London: Thorsons.

Bonne découverte!



Concept mapping, mind mapping, est-ce la même chose ?

E-learning mind map, business concept on blackboard

À chaque fois que l’on on parle de cartes spatiales, on finit toujours avec la question «mais y a-t-il vraiment une différence entre le concept mapping et le mind mapping?», suivie par: «alors est-ce que leur différence est si importante en pratique ?».

Dans ce billet, j’approfondis ces questions en détaillant les deux structures, puis en montrant la marche à suivre pour les mettre en pratique.

(suite…)