Deux outils pour scénariser son enseignement

Vous devez préparer un nouveau cours et vous aimeriez innover en intégrant des activités d’apprentissage, mais vous ne savez pas quoi et comment faire? Ou alors vous êtes responsable d’une formation, d’un module dont vous aimeriez repenser l’organisation avec les enseignants, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Alors l’application en ligne « Learning designer » (LD) ou le kit « ABC learning design » (ABC ld) peuvent vous aider.

Le kit et la méthode ABC learning design

En réponse au besoin de repenser la stratégie éducative de l’University College of London (UCL), Clive Young et Nataša Perović, du groupe Digital Education de l’UCL, ont développé un kit, appelé ABC learning design, permettant d’animer des ateliers regroupant des équipes d’enseignants travaillant ensemble à la représentation visuelle et tangible des séquences d’activités d’enseignement (des storyboards) prévues dans leur formation, module ou programme.

Ce kit est composé de trois éléments :

  1. plusieurs jeux de cartes imprimées représentant chacun 6 modalités d’apprentissage (figure 1),
  2. un plan de travail (storyboard) représentant la structure temporelle de la formation prévue (figure 4) ,
  3. une feuille permettant de visualiser (figure 3):
    1. l’importance relative de chacune des modalités d’apprentissage
    2. le positionnement de la formation entre les deux extrêmes: tout en classe et tout à distance

Les 6 modalités d’apprentissage

Les 6 modalités d’apprentissage sont issues du modèle théorique « Conversational framework » de Diana Laurillad [1,2]. Ce modèle s’appuie sur les principales théories de l’apprentissage (behaviorisme, apprentissage expérientiel, constructivisme, …) pour tenter d’analyser ce que cela signifie enseigner et apprendre dans le cadre formel de l’enseignement supérieur.

Cette analyse a permis de construire un schéma montrant les circuits d’interactions producteurs d’apprentissages entre les différents acteurs de l’enseignement et de dégager 6 grandes modalités d’apprentissage :

  • l’acquisition de connaissances: lire, regarder, écouter
  • la discussion: exige que l’apprenant formule ses idées, argumente et ainsi remette en question ses idées et concepts
  • l’exercice ou l’entraînement: vise à modifier sa compréhension (et donc apprendre) par une autoréflexion ou les feedbacks (rétroaction) de l’enseignant ou des pairs
  • l’enquête: consiste à explorer de manière critique des ressources associées aux concepts à apprendre
  • la production: consolidation de l’apprentissage par l’articulation entre la compréhension des concepts et leur mise en pratique
  • la collaboration: met en oeuvre la production et la discussion pour co-construire de la connaissance

Figure 1: le recto des cartes des 6 modalités d’apprentissage

Le verso de chacune de ces cartes contient des exemples d’activités qui peuvent être faites sans ou avec le support des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE).

Figure 2: exemples d’activités pour la modalité d’apprentissage par la discussion

Le déroulement de l’atelier

Les participants sont répartis en équipes, d’au minimum 2 personnes, en fonction de leur thématique d’enseignement. L’atelier dure environ 90 minutes et se déroule en 4 phases :

1. Représentation préalable de l’enseignement

Après avoir pris connaissance du principe de l’atelier et des différentes modalités d’apprentissage, les équipes indiquent sur un graphique de type radar quels pourcentages des différentes modalités d’apprentissage seront mis en œuvre et, sur un autre graphique, positionnent le degré de mixité (entre tout en classe et tout à distance) pour l’activité de formation prévue. En 140 caractères (l’équivalent d’un tweet), ils décrivent, sur cette feuille ou sur le plan de travail, l’enseignement à scénariser.

Représentation du poids de chaque modalité d'apprentissage dans l'activité d'enseignement prévue.

Figure 3

2. Conception des activités d’apprentissage sur le storyboard

2.1 Sur la base des objectifs d’apprentissage et des deux graphiques de l’étape précédente, chaque équipe place sur le plan de travail autant de cartes de modalité d’apprentissage (face recto) que nécessaire. Le plan de travail est découpé selon la structure temporelle de l’enseignement, par exemple en semaines si le module s’étend sur plusieurs mois ou en périodes avant, pendant et après l’activité de formation comme le montrent les figures 4 et 5 ci-dessous.

Figure 4: le storyboard

Figure 5: les modalités d’apprentissages sont placées sur le storyboard

2.2 Ensuite les participants retournent les cartes et choisissent une des activités proposées, avec ou sans technologies. Si nécessaire, de nouvelles activités sont inscrites à la main sur le verso.

Figure 6: sélection des activités d’apprentissage

2.3 Finalement, parmi les activités retenues, les participants indiquent lesquelles seront évaluées de manière formative ou sommative.

3. Ré-évaluation du graphe radar

La découverte des activités possibles conduit souvent à modifier la séquence des activités prévues et l’importance de chaque type. C’est pourquoi les deux graphiques de l’étape 1 sont revus et adaptés en fonction du storyboard.

Figure 7: les deux graphes de la figure 3 (couleur rouge) sont révisés (couleur bleue).

4. Plan d’action

Chaque équipe rédige au bas du storyboard un plan pour mettre en œuvre le travail réalisé lors de l’atelier.

Ce kit s’inspire de plusieurs initiatives notamment le projet Viewpoints librement téléchargeable. Suivant la même philosophie de partage que ses prédécesseurs, le kit ABC learning design est disponible gratuitement sous licence Creative Common qui permet l’adaptation du contenu en fonction des besoins. Ainsi l’auteur de cet article a adapté le verso des cartes pour inclure des fonctions disponibles dans Moodle ou dans d’autres applications web. Contactez-moi si vous souhaitez obtenir cette version au format PowerPoint pour l’adapter à vos besoins.

L’application web Learning Designer (LD)

L’un des objectifs de Diana Laurillard est de rendre les enseignants concepteurs (designers) d’enseignement et de les aider à disséminer leurs constructions. Dans ce but, son équipe a développé le Learning Designer (LD) [3, 5], une application web librement accessible qui permet de scénariser son enseignement. Le concept est similaire au kit ABC ld : sur la base d’objectifs d’apprentissage, l’enseignant construit librement une séquence d’activités de formation (Teaching and Learning Activities (TLA)), qui sont elles-mêmes composées d’une série d’activités d’apprentissage basées sur les 6 modalités d’apprentissage décrites au début de cet article. Outre les avantages intrinsèques aux outils web, une partie des informations relatives à l’activité de formation s’adapte de manière dynamique. Ainsi, le graphique radar (ici graphique en secteurs de type Camembert) et la durée totale des activités se mettent à jour au fur et à mesure de l’ajout d’activités d’apprentissage. La figure 8 montre une partie du scénario du module 2 du CAS « Formateur dans le domaine de la santé » (voir section suivante).

Figure 8: l’application web Learning Designer

On peut partager ses constructions (designs) en les rendant publiques sur la plateforme ou en les exportant au format natif LD ou au format Microsoft Word. Il est prévu que des fonctions de travail collaboratif soient ajoutées à l’outil.

Usage à l’université de Genève

Dans le cadre de la création du CAS « Formateur dans le domaine des sciences de la santé », nous avons utilisé le kit ABC learning design pour aider les enseignants de ce CAS à revoir leurs activités de formation et à y intégrer des outils technologiques. Durant la période présentielle du module 2 du CAS, les participants devaient concevoir une formation de 2 heures et ils ont utilisé, dans un premier temps, le kit ABC learning design, puis l’application web Learning Designer pour la scénariser. Ces deux outils ont été très appréciés par les participants du CAS.

Ces deux expériences ont mis en évidence des points forts de la méthode :

  • incitation à choisir une pédagogie active
  • plaisir de manipuler les objets du kit papier
  • puissance de la représentation visuelle qui facilite le partage et la discussion
  • amélioration l’équilibre entre les modalités d’apprentissage

Chères lectrices, chers lecteurs, nous espérons vous avoir donné envie d’utiliser ces deux outils pour revoir vos enseignements ou pour en concevoir de nouveaux. Suivez ce blog, d’autres types de cartes permettant de scénariser un enseignement y seront présentés prochainement.

Références

  1. Diana Laurillard, “The Pedagogical Challenges to Collaborative Technologies,” International Journal of Computer-Supported Collaborative Learning 4, no. 1 (March 1, 2009): 5–20, https://doi.org/10.1007/s11412-008-9056-2.
  2. Diana Laurillard, Teaching as a Design Science: Building Pedagogical Patterns for Learning and Technology (New York, NY: Routledge, 2012). Ce livre est disponible chez l’auteur de cet article.
  3. Diana Laurillard et al., “Using Technology to Develop Teachers as Designers of TEL: Evaluating the Learning Designer,” British Journal of Educational Technology 49, no. 6 (2018): 1044–58, https://doi.org/10.1111/bjet.12697.
  4. Blog à propos du kit ABC learning design http://blogs.ucl.ac.uk/abc-ld/
  5. L’application web Learning Designer https://www.ucl.ac.uk/learning-designer/