• MT180 finale UNIGE
    Finale UNIGE du concours ma thèse en 180 secondes | jeudi 11 avril à 18h30 | Rejoingnez-nous!
  • Lunch and Learn
    Lunchs Pédagogiques : venez partager sur des thématiques vives dans l'enseignement !
  • Makeiteasy
    Une plateforme pour tester et améliorer vos compétences numériques à votre rythme
  • Ciel cherche: rédacteurs/trices

Nouveau format de cours sur Moodle : Découvrez le Format Section Flexible

L’univers de l’apprentissage en ligne évolue constamment, et les plateformes comme Moodle s’adaptent pour offrir des expériences pédagogiques plus flexibles et personnalisées. Récemment, nous avons introduit un tout nouveau format de cours pour Moodle: le Format Section Flexible. Il ouvre de nouvelles possibilités pour structurer et présenter les cours de manière plus intuitive et précise.

Evolution des formats de cours

Traditionnellement, Moodle offrait des formats de cours tels que le Format Thématique, Hebdomadaire et Activité Unique. Le Format Thématique est notre format le plus populaire en raison de sa capacité à organiser les contenus, comme son nom l’indique, en sections thématiques, offrant une vue claire et organisée des différentes parties du cours.

Cependant, nous avons reçu des demandes d’enseignant-es quant à la possibilité de disposer d’un format de cours qui permettra d’avoir des sous-sections. Le but: organiser de manière encore plus précise son cours et réduire le nombre de sections dites « principales » dans un cours. C’est ainsi qu’est arrivé le Format Section Flexible, offrant une nouvelle perspective en introduisant une structuration plus dynamique et adaptable.

Caractéristiques clés du Format Section Flexible

Imbrication de Sections

Contrairement au Format Thématique, le Format Section Flexible permet l’ajout de sections à l’intérieur d’autres sections. Cette capacité d’imbrication offre une granularité accrue dans la structuration des contenus, permettant une organisation plus détaillée des différentes parties du cours.

Affichage Flexible

Une fonctionnalité essentielle de ce nouveau format est la possibilité pour chaque section, quelle que soit sa profondeur d’imbrication, d’être affichée soit sur la même page que le parent, soit sur une page distincte. Cette flexibilité donne à l’enseignant-e un contrôle sur la présentation du contenu, offrant une expérience plus personnalisée aux apprenant-es.

 

Gestion de la Visibilité

Une fonctionnalité pratique est la gestion de la visibilité des sections. Si un-e enseignant-e décide de cacher une sous-section, il peut le faire sans impacter les autres sous-sections ou la section principale. Cela permet un contrôle précis sur ce qui est présenté aux apprenant-es à un moment donné.

En bref, l’introduction du Format Section Flexible sur Moodle nous permet d’ajouter une nouvelle corde à notre arc dans la façon dont les cours en ligne peuvent être structurés et présentés. Cette fonctionnalité offre une flexibilité aux enseignant-es pour organiser les contenus de manière adaptative et logique.

N’hésitez pas à le tester pour vous-même dans Moodle, il suffit de l’activer dans les paramètres de votre cours. Et si le format ne vous convient pas, vous pourrez retourner en arrière sans autre. Les sous-sections ajoutées deviendront des sections à part entière.



Comment faire rentrer 150 étudiants (ou plus) dans une pièce de 30 mètres carrés (ou moins) ?

 

Dans deux précédents billets de ce blog (3 et 23 novembre 2020), écrits en plein Covid, nous appelions à une meilleure utilisation de l’enseignement à distance. Germait alors l’idée de mêler technologie de visioconférence et apprentissage sur le terrain.

L’idée a mûri, et, grâce notamment au soutien de la Commission informatique de l’Unige (COINF), nous avons pu expérimenter et poser les bases du « cours reportage ». Il s’agit de donner un cours en direct depuis un lieu pertinent par rapport au contenu du cours. Ce lieu est un «terrain» professionnel qui nous permet à la fois de visiter l’espace où s’exerce la profession et interviewer les professionnel-les-expert-es qui y exercent leur activité.

Quelques exemples, issus du cours «Introduction aux technologies éducatives» donné en bachelor à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education (FPSE) :
– Au Centre interprofessionnel de simulation (CIS) de Genève, nous abordons le concept de simulation, auparavant traité de manière classique (cours magistral et activités). L’équipe de tournage visite les différentes salles du site, allant de simulations relativement «low-tech» (patients simulés, mannequins simples) à des environnements beaucoup plus complexes (mannequins équipés de capteurs, simulation de la table d’opération et monitoring en temps-réel).
– Dans une classe de primaire du Canton, un enseignant nous explique son utilisation du Tableau Blanc Interactif, au travers de plusieurs démonstrations qui le font se déplacer de son bureau au tableau tandis que l’équipe enseignante (ici une intervenante extérieure et l’enseignant habituel du cours) anime le débat.
– Dans un établissement privé du Canton (niveau Cycle d’Orientation), l’usage des tablettes numériques est abordé depuis une salle de cours, en présence d’une enseignante et du directeur de l’établissement.
– Enfin, à l’Université même, au FacLab du campus de Batelle, les étudiant-es découvrent à distance l’usage de la fabrication numérique pour l’éducation. L’équipe de tournage explore les différents équipements (découpeuse, imprimantes 3D, brodeuse numérique, etc.), avec pour guide un expert du domaine.

Sur le plan technique, rien de très compliqué, mais une certaine organisation est nécessaire. C’est au minimum trois personnes qui doivent se rendre sur les lieux :
– Le ou la vidéaste, qui se charge de la prise de vue, à l’aide d’un téléphone portable connecté au Zoom du cours, et d’un stabilisateur.
– L’enseignant-e, qui se transforme en «reporter» : il/elle ne fait pas cours mais pose des questions à la personne interviewée, pour l’amener à couvrir l’ensemble des thématiques jugées pertinentes par rapport au thème du cours.
– L’assistant-e, qui prend totalement en charge la communication avec les étudiant-es. Ces derniers/ères peuvent en effet poser des questions par écrit via Zoom à la personne interviewée, questions qui sont relayées par l’assistant-e.

S’instaure alors une belle dynamique entre toutes ces personnes, la participation étudiante étant bien plus élevée que pour un cours ordinaire, qu’il soit en présence ou à distance.

J’invite donc la communauté enseignante à se lancer dans un cours reportage, au moins à l’expérimenter pour une session de cours de l’année. C’est dans cet esprit que nous avons rédigé une fiche d’innovation pédagogique, dans le cadre de la plateforme qui recense les projets d’innovations pédagogiques de l’Université de Genève. Mais n’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus.



Data Science for All – Des Vidéos pour Comprendre la Science des Données

Vous êtes enseignant-e et vous souhaitez sensibiliser vos étudiant-es aux enjeux de la science des données ? Vous êtes étudiant-e et vous vous sentez un peu perdu-e dans le monde des statistiques ? Vous êtes doctorant-e et faites face aux défis de créer un Data Management Plan sans savoir par où commencer ? La plateforme de capsules vidéo « Data Science For All » est conçue spécialement pour vous aider !

Sur cette plateforme, découvrez plus de 50 capsules vidéo, disponibles en français et en anglais, pour se familiariser aux compétences et aux enjeux cruciaux liés à la science des données. Ces vidéos sont accompagnées de ressources d’approfondissement telles que des cours en ligne, des ateliers, du code open source, etc. Les vidéos sont également téléchargeables via MediaServer pour tou-tes les enseignant-es qui souhaiteraient les intégrer à leurs cours.

Vers la plateforme

Une grande variété de thèmes 

Les vidéos abordent un large éventail de sujets : de l’anonymisation des données aux modèles statistiques, en passant par l’analyse stylométrique, les défis éthiques liés à l’intelligence artificielle et le traitement automatique du langage.

Utiliser les capsules vidéo de la plateforme Data Science for All, pour quoi faire?

Vous êtes enseignant-es :

  • Intégrez des capsules pertinentes pour votre cours dans les ressources que vous mettez à disposition de vos étudiant-es dans votre espace Moodle
  • Faites visionner une ou plusieurs capsules avant une séance de cours ou un TP, pour dégager plus de temps aux questions et à la pratique en classe.
  • Produisez vos propres capsules vidéo en faisant appel à l’aide de l’équipe de Data Science For All (jusqu’à fin 2024).

Vous êtes étudiant-es :

  • Vous hésitez à orienter votre parcours académique vers la science des données ? Visionnez quelques vidéos pour vous faire une meilleure idée de ce domaine.
  • Vous suivez des cours de statistiques ou d’informatique, mais vous vous sentez un peu perdu-e? Visionnez quelques-unes des vidéos récapitulant les concepts de base de cette discipline avec des exemples concrets.

Vous êtes doctorant-es :

  • Vous souhaitez optimiser vos méthodes d’analyse de données, en vous ouvrant à de nouvelles méthodologies? Découvrez des notions statistiques et des outils computationnels efficaces et pertinents pour votre recherche.
  • Dans le cadre de votre thèse, vous découvrez les contraintes auxquelles la recherche est désormais soumise, comme le partage de données ou la création d’un Data Management Plan, visionnez les vidéos sur ces sujets pour vous informer. Si nécessaire, inscrivez-vous ensuite via le lien sous les vidéos aux ateliers de la DIS pour approfondir vos connaissances.

Un projet interdisciplinaire et collaboratif

La plateforme Data Science For All est le fruit des efforts conjoints du Centre de Compétences en Science des Données et des nombreux experts et expertes intra-muros, issu-es d’un large éventail disciplinaire.

Découvrez dès maintenant le monde fascinant de la science des données sur Data Science For All !



Les IA génératives à l’Université de Genève: prise de position du Rectorat et ressources

Le 6 juillet dernier, le Rectorat faisait part de sa prise de position concernant l’utilisation d’intelligences artificielles génératives dans le contexte académique.

Dans le texte publié sur son site internet, l’Université de Genève reconnaît l’importance et les avantages offerts par l’IA générative, mais également ses limites et les défis éthiques qu’elle présente. Elle indique qu’il revient aux facultés et aux enseignant-es de définir les conditions d’utilisation de ces outils et de promouvoir la transparence en matière de citation.

L’UNIGE fait les recommandations suivantes:

  • Former les étudiant-es et les enseignant-es à l’usage de chatGPT ou outils apparentés
  • Poser un cadre clair à l’échelle facultaire et de chaque enseignement
  • Rappeler la notion d’intégrité académique et des objectifs d’une formation universitaire
  • Rappeler l’importance des compétences rédactionnelles dans la formation universitaire
  • Valoriser la notion d’auteur-e d’un travail scientifique/académique et la responsabilité qu’il ou elle porte

Le même cadre et la même transparence doivent être appliqués à l’utilisation d’IA générant des images.

Dans son message, le Rectorat met à disposition deux ressources pour alimenter une réflexion appelée à évoluer et à s’élargir : un guide interactif sur l’IA générative dans l’enseignement universitaire et un mur virtuel (padlet) rassemblant de nombreuses références, articles, blogs et sites internet.


Guide interactif sur l’IA générative dans l’enseignement universitaire

Le guide interactif présente ChatGPT et d’autres IA génératives de texte et met à disposition de nombreuses ressources. Il comprend une partie sur les considérations éthiques à prendre en compte lors de l’utilisation de tels outils, mais fournit également des exemples pratique pour l’utilisation de ChaGPT dans l’enseignement et l’évaluation. Une partie s’intéresse particulièrement au renforcement de l’apprentissage des étudiant-es en utilisant l’IA générative


Padlet / Mur virtuel

Le padlet rassemble des ressources de typedivers : actualité des IA génératives, qu’est-ce que ChatGPT, IA génératives dans l’éducation : pour le e-learning, les évaluations, ainsi qu’outils et applications à disposition, notions et questions de plagiat, d’aigiarisme (plagiat assisté d’une IA) et de droit d’auteur.


Références et autres ressources

J. Érard, L’UNIGE prend position sur l’intelligence artificielle dans le contexte académique, Le Journal de l’UNIGE, printemps 2023 : article présentant la prise de position du Rectorat et un éclairage sur l’IA du Prof. Christian Lovis (Faculté de médecine)

D. Birchmeier, ChatGPT pour la recherche académique, Blog Ciel, 16 mai 2023 : un étudiant en Services et systèmes numérique documente son utilisation cadrée de ChatGPT pour la rédaction de son mémoire de bachelor

R. Zaffran, ChatGPT: An Ongoing and Unprecedented Disruption for Education and Training?, NewSpecial Magazine, avril 2023, p. 28-30: l’article met en évidence l’impact de l’IA, les avantages et les limites de ChatGPT dans l’éducation, et offre des recommandations pour une utilisation éclairée de ces technologies dans les établissements éducatifs.

Unesco : Guidance for generative AI in education and research, 2023: le texte propose des recommandations concrète pour les décideurs politiques et les établissements éducatifs, mais émet aussi des exigences à l’intention des fournisseurs d’IA génératives,  tout en invitant la communauté internationale à réfléchir aux conséquences à long terme de ces outils sur l’enseignement, l’apprentissage, et l’évaluation.


 



Découvrez « Take Over » : Une Semaine de Formations Numériques Par et Pour les Étudiant.e.x.s

« Take Over » est une initiative qui offre aux étudiant-es une opportunité de participer à une semaine de formations numériques du 6 au 10 novembre 2023 (pendant la semaine de relâche). Durant cette période, les étudiant-es peuvent proposer des projets de formation sur des sujets liés au numérique, qui seront ensuite dispensés à d’autres étudiant-es.

L’objectif est donc pour chaque participant-e d’acquérir des compétences (ou « savoir-faire ») sur un outil ou une pratique spécifique.

Comment Ça Fonctionne ?

Si vous êtes étudiant-es et que vous avez des connaissances dans le domaine numérique, vous avez la possibilité de concevoir des formations et de les présenter à vos pairs pendant la semaine de relâche. C’est l’occasion de partager ses compétences et son expertise avec d’autres étudiant-es.

Avantages Pour les Participant-es Formateurs/trices :

  • Expérience Pratique : En tant que formateur/trice, vous acquerrez de l’expérience dans la transmission des connaissances, en bref, être enseignant-e d’un jour !
  • Défraiement Financier : Chaque demi-journée de formation est rémunérée à hauteur de CHF 500.-.
  • Certificat de Participation : À la fin de « Take Over », vous recevrez un certificat de participation attestant de votre implication dans cet événement.

Avantages Pour les Participant-es « Etudiant-es » :

  1. Formation Personnalisée : Les étudiant-es peuvent choisir la formation qui correspond le mieux à leurs intérêts et besoins.
  2. Groupes à Taille Humaine : Les ateliers sont limités à un petit groupe de participant-es (30 participant-es max), ce qui permet une meilleure interaction avec les intervenant-es et les formateurs/trices.
  3. Ateliers Pratiques : Certains ateliers proposent des exercices pratiques pour une expérience d’apprentissage plus concrète.
  4. Réseautage : « Take Over » favorise la création de nouvelles connexions avec d’autres étudiant-es partageant des intérêts similaires.
  5. Enrichissement Personnel et Professionnel : Participer aux ateliers peut contribuer à l’enrichissement des connaissances et des compétences des étudiant-es, ce qui peut être bénéfique pour leur parcours académique et professionnel.

Pour plus d’information : https://elearning.unige.ch/formation/