Mettre à jour ses espaces de cours Chamilo et Moodle avant la rentrée

Si vous administrez un espace de cours sur Chamilo@UNIGE ou Moodle@UNIGE, voici un rappel des actions à effectuer avant la reprise du semestre de printemps :

  • La fiche pratique « Que faire en fin d’année » qui vous explique comment archiver ou remettre à zéro votre espace de cours, désinscrire les ancien·ne·s étudiant·e·s, etc.

    Si vous n’utilisez plus votre espace de cours, vous pouvez choisir de le supprimer (« Maintenance » > « Supprimer ») ou d’en fermer l’accès (choisir l’accès « fermé »).

    La plateforme est archivée chaque été, vous pouvez accéder à l’archive de vos espaces de cours depuis la page d’accueil, rubrique « Archives ».

    Cliquez ici pour accéder à la documentation d’aide de Chamilo.

  • Si vous souhaitez réutiliser un espace de cours existant, remplissez le formulaire « Réinitialiser » (rubrique « Administration ») pour sélectionner les parties à effacer, les utilisateurs-trices à désinscrire, etc. Notez que cette suppression est définitive.

    Il est également possible de dupliquer un espace de cours afin de repartir d’une structure existante, et/ou de supprimer un espace de cours. Pour ces actions, contactez l’équipe Moodle (moodle[at]unige.ch) en indiquant l’URL et le titre de l’espace de cours à dupliquer ou à supprimer.

    Cliquez ici pour accéder à la documentation d’aide Moodle.



ICDE – Vers une éducation ouverte

La qualité dans l’enseignement à distance: quelle place pour les méga-données et les ressources éducatives libres?

Lors de la conférence Online Educa à Berlin, en décembre dernier, l’ICDE (International Council for Open and Distance Education) a animé une session de discussion sur le thème de la qualité dans l’enseignement à distance, spécifiquement autour des questions liées aux méga-données (big data), aux MOOCs et aux OER (ressources éducatives libres).

Les méga-données semblent être considérées comme un moteur essentiel de la transformation numérique, puisqu’elles permettent une approche plaçant l’apprenant∙e au centre du processus. La personnalisation et l’adaptabilité de l’enseignement permises par leur analyse sont considérées en général comme un élément de qualité. Les MOOCs, quant à eux, sont déjà largement en usage dans l’enseignement : les défis liés à la qualité sont dans leur cas liés à la certification et l’adoption de modèles économiques durables.

Le rôle de l’enseignant∙e semble devoir changer pour s’adapter à une pédagogie intégrant les technologies : d’instructeur/-trice, il devient « facilitateur/-trice ». Dans tous les cas, l’adoption de critères de qualité dans l’enseignement en ligne induit des changements non seulement au niveau de la relation apprenant∙e-enseignant∙e, mais aussi dans la direction stratégique aux niveaux institutionnel, national et international.

L'ICDE - ses buts

L’ICDE s’est donné pour but de promouvoir le passage à une éducation de qualité augmentée par la technologie dans le monde entier et l’accès à un enseignement équitable et de qualité grâce à l’enseignement en ligne et ouvert, de constituer une plateforme dynamique pour la coopération dans l’innovation et le développement et d’être un partenaire clé de l’UNESCO dans l’implémentation de l’ODD 4 des Nations Unies : « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

L’ICDE, qui a un statut de partenaire consultant auprès de l’UNESCO, est une ONG œuvrant pour l’éducation à distance, en ligne, flexible et ouverte et conduit des études sur divers aspects de l’enseignement à distance sur mandat de cette dernière. Elle est composée de membres institutionnels et individuels. Son secrétariat permanent se trouve à Oslo.

Objectifs

Les activités de l’ICDE répondent à cinq objectifs stratégiques :

  1. Promouvoir l’importance de l’éducation ouverte à distance, flexible et en ligne, e-learning inclus, dans la politique éducationnelle
  2. Stimuler la qualité dans l’éducation ouverte à distance, flexible et en ligne, e-learning inclus
  3. Soutenir le développement de nouvelles méthodologies et technologies
  4. Rendre possible la coopération et la mise en réseau parmi ses membres
  5. Renforcer le statut de membre et la gouvernance de l’ICDE, en motivant ses membres à poursuivre des activités collaboratives et le développement organisationnel

Ressources en ligne

L’ICDE offre des ressources, des activités et mène des projets portant sur la qualité, les OER et les learning analytics. Elle organise deux conférences mondiales par année (la prochaine World Conference « Teaching in A Digital Age – Re-Thinking Teaching and Learning » se tiendra en octobre 2017 à Toronto). Elle propose également des webinars portant sur des thèmes divers (par exemple : Challenges for leadership in open and distance education, Challenges for quality in open and distance education, Supporting students for success in open and distance education, Open education: what is really happening?).

L’ICDE a publié une série de rapports en 2015 (Quality models in online and open education around the globe: State of the art and recommendations; Student success in open, distance and e-learning ; Research and Innovation Taskforce – final report), ainsi que des recommandations pour les OER (Open Educational Resources – Ressources éducatives libres) et l’enseignement à distance.

L’ONG a aussi créé le Global doctoral consortium, une initiative visant à soutenir un réseau de recherches doctorales sur l’enseignement à distance et l’enseignement « augmenté » par les technologies. Enfin, elle publie une revue en ligne, Open Praxis, portant sur la recherche et l’innovation dans l’enseignement à distance, ouvert et flexible.

Site web : https://icde.memberclicks.net/



Intégrer facilement du contenu dynamique dans vos textes sur internet grâce aux outils de quiz intégrés

Comment enrichir une page Web, un billet de blog ou son espace de cours Chamilo ou Moodle avec un sondage ou une question, comme celle qui vous est posée ci-dessus ? Très facile grâce aux outils de quiz intégrés. De nombreux outils de ce type sont à disposition, les plus connus étant Qzzr, Quizeditor, Apester ou Playbuzz. (suite…)



Datak, le jeu qui interroge notre gestion des données

En décembre dernier, la RTS lançait Datak, son serious game sur la protection des données. Ce jeu fait suite à une vaste enquête participative menée par l’équipe de l’émission « On en parle »  sur l’utilisation de nos données personnelles.

Datak vous met dans la peau d’un∙e jeune stagiaire engagé par le maire de Dataville. C’est ainsi que commence l’aventure…

 

En tant que stagiaire, vous allez vous trouver confronté à de nombreuses situations, aussi bien dans votre vie personnelle que professionnelle, ayant trait aux données personnelles (messagerie, réseaux sociaux, compte personnel, téléphone mobile, etc). Vos choix seront autant d’occasion de gagner ou perdre du temps, et par conséquent de l’argent. Pour chaque choix, des explications et des informations pour aller plus loin vous seront fournies pour approfondir tel ou tel aspect de la protection des données.

 

 

 

 

 

Laissez-vous tenter par l’expérience, Datak saura débusquer ces petits comportements que nous adoptons parfois pour gagner du temps, ou par simple paresse.

datak01

 

 

N’oubliez pas l’avertissement du jeu : « Toute ressemblance avec la vie réelle serait complètement préméditée et basée sur 18 mois d’enquête journalistique. Attention : Datak est un serious game et jouer peut nuire gravement à votre naïveté et votre ignorance. À déconseiller aux Maires narcissiques et sans notice d’emballage.»

 

Sachez enfin que le site conserve certaines données pour une durée de 2 semaines, sur des serveurs suisses.  Néanmoins, ces données ne permettront pas de vous identifier. Pour jouer, point besoin de créer un compte ou de vous enregistrer : la progression de la partie est assurée grâce à la mémoire du navigateur.

Plus d’infos sur https://www.rts.ch/info/suisse/8235789-la-rts-lance-datak-le-jeu-qui-interroge-notre-gestion-des-donnees.html



Bonne année !

Breughel

D’après Breughel l’Ancien

Le groupe Ciel vous souhaite une année 2017 pleine de succès et de bonheur



Retour sur le BarCamp: 6 outils pour apprendre efficacement

La 10e édition du BarCamp Ciel s’est tenue dans le hall d’Uni-Mail, le 6 décembre 2016. Le thème choisi par le comité de rédaction, « 6 outils pour apprendre efficacement », ciblait les étudiant·e·s de première année Bachelor.

Maîtrisez l’information avec InfoTrack

Abordée dans un précédent billet, la formation InfoTrack permet d’acquérir via 24 modules de cours les compétences essentielles à maîtriser pour mener à bien des travaux dans le cadre des études académiques (recherche, sélection, utilisation de l’information et sensibilisation au plagiat). Chaque module comprend une vidéo didactique de 3 minutes, un résumé textuel de la leçon, un quiz d’auto-évaluation et, si besoin, quelques ressources complémentaires pour aller plus loin.

InfoTrack porte sur des sujets transversaux correspondants aux différents moments-clés de réalisation d’un travail académique. Conçue pour les étudiant∙e∙s Bachelor, la formation est construite comme une série de 24 épisodes vidéo qui racontent, sur un ton drôle et décalé, les problématiques rencontrées par Anna et Fred, deux étudiant∙e∙s de l’UNIGE.

InfoTrack peut être utilisée soit en autoformation soit comme support de formation dans le cadre d’un cours. La réalisation d’un module de cours (visionnage de la vidéo, lecture de la rubrique « À retenir », réponse au quiz) nécessite environ 10 minutes. 4h seront nécessaires pour effectuer l’ensemble des 24 modules.

Révisez vos cours avec les flashcards

Pourquoi et comment passer de la révision au moyen de cartes recto verso (flashcards) en papier à des cartes en ligne, accessibles via un smartphone ?

En plus de la possibilité de réviser à toute heure et en tout lieu, ces cartes virtuelles sont plus faciles à transporter, à sauvegarder et conserver. Elles permettent le partage et la création collaborative. Selon l’outil choisi, il existe aussi plusieurs types d’exercices pour la révision et un certain degré d’intelligence artificielle, qui permettra d’insister sur les notions mal connues ou non intégrées.

Il faut bien distinguer les deux étapes concernant les flashcards : la création et l’utilisation.

Si on peut facilement les utiliser sur son smartphone, il est recommandé de les créer sur un ordinateur.

Plusieurs outils sont à disposition pour créer des flashcards sur ordinateur : Quizlet par exemple (versions pour ordinateurs,  android et iOS), qui existe en version gratuite (avec moins de fonctionnalités cependant que la version payante), offre de nombreuses possibilités et s’avère facile à utiliser. Les autres outils disponibles ne permettent pas tous l’évaluation ni de multiples modes de révision.

Avec Quizlet, la création est un jeu d’enfant : on commence par créer un set (un jeu), puis les cartes elles-mêmes, en documentant pour chacune les termes à placer sur le recto et le verso : attention, quand on révise, les termes doivent correspondre exactement pour que la réponse soit considérée correcte. Les sets peuvent être partagés avec d’autres utilisateurs-trices. Ce partage permet d’utiliser des sets déjà existants, mis à disposition par celles et ceux qui les ont créés : un moteur de recherche permet de trouver ceux qui semblent intéressants. Il est possible de créer ou d’intégrer une communauté de pratique.

Les modes de révision existant sont les suivants :

  • Recto et verso en lecture simple
  • Recto en lecture et écrire le verso
  • Faire correspondre les termes (utilisation de plusieurs cartes à la fois)
  • Test (questionnaire à choix multiple ou vrai/faux)

Une fois le test terminé, Quizlet livre des statistiques ; l’outil choisit ensuite les réponses le plus souvent fausses et fait réviser de manière répétée ces questions/termes que ceux déjà bien intégrés.

Les flashcards permettent une révision utile et efficace pour des termes ou concepts à mémoriser. En posant les questions d’une certaine manière, on peut aussi réviser des concepts plus complexes (voir https://ciel.unige.ch/2015/12/reviser-avec-les-flashcards/).

Enfin, à ne pas négliger : la possibilité de créer les flashcards en collaboration, donc de gagner du temps en partageant le travail de création des cartes.

Pour en apprendre plus sur ce thème, consulter :

Organisez vos cours grâce aux cartes conceptuelles

Comme exposé dans un billet de Myrjam Mekhaiel sur les cartes conceptuelles, la prise de notes tient une place prépondérante dans la vie des étudiant∙e∙s qui en prennent massivement durant leurs cours et lors de la lectures des textes recommandés par leurs professeur∙e∙s. La prise de notes, activité incontournable pour conserver une trace de ce qui a été dit ou lu, servira de base à la mémorisation et à la préparation des examens. Cette activité est toutefois plus complexe qu’elle n’en a l’air. Elle requiert une attention de la part de l’étudiant∙e, qui doit à la fois écouter le discours, comprendre l’essentiel des informations, sélectionner ce qu’il ou elle veut noter et écrire (ou saisir sur l’ordinateur).

Lors du BarCamp, des exemples concrets d’utilisation de cartes conceptuelles ont été présentés aux étudiant∙e∙s présent∙e∙s

Développez votre propre méthode de travail grâce au coaching

Répondant à une des missions prioritaires du Décanat : le bien-être étudiant∙e∙s, la Faculté des sciences propose depuis deux ans gratuitement du coaching pour étudiant∙e∙s à la Faculté des sciences.

Selon Gaelle Augé-Freytag, beaucoup pensent que se faire coacher c’est se faire donner des conseils, alors qu’il n’en est rien.

Le coaching, qu’il s’adresse à un∙e sportif-ve de haut niveau ou à un∙e étudiant∙e en sciences ou en lettres par exemple va reposer sur le même principe : l’accompagnement par un∙e coach vers un objectif décidé par la personne qui vient se faire coacher (qu’on appelle le/la coaché∙e) – cet objectif en Faculté des sciences par exemple est souvent: trouver une méthode de travail plus efficace, cesser de procrastiner. Ceci sous la forme d’une série d’entretiens d’1h à 1h30 entre un∙e coaché∙e et un∙e coach (généralement entre 5 et 7 séances).
La page web du service de coaching est la suivante : http://www.unige.ch/sciences/Coaching.html

De l’avis de l’intervenante, un dialogue confidentiel dans un espace bienveillant et sans jugement va s’installer. Ce dialogue se veut constructif et permettra assurément à la personne coachée de progresser vers l’objectif décidé en début de processus et qui ne manquera pas de s’affiner au fur et à mesure des rencontres ou de prendre la forme d’étapes.

Durant les séances de coaching, le ou la coach fera preuve d’ écoute active, c’est-à-dire d’écouter très attentivement et de reformuler ensuite ce qui a été dit pour validation du / de la coaché∙e. Le but de l’écoute active est d’une part de lui offrir la certitude d’avoir été exactement compris et écouté, et d’autre part, de pouvoir porter un regard différent sur sa situation – souvent plus clair et moins émotionnel.

Par ailleurs, d’après Gaelle Augé-Freytag, le ou la coach∙e posera presque uniquement des questions ouvertes (Qu’avez-vous envie de faire ?) et si possible ouvrantes (En quoi c’est important pour vous ?), permettant ainsi au / à la coaché∙e de progresser dans sa connaissance de soi: son système de valeurs, ses goûts, son moteur, ses talents, ses forces, ses croyances, qu’elles soient aidantes ou bloquantes.

Ainsi accompagné∙e et grâce à l’aide d’outils variés utilisés par le ou la coach, la personne coachée va prendre du recul, avoir plus de clarté par rapport à cette situation, différencier ce qui est la réalité de ce qui est de l’ordre de sa perception, et, conscient de ce qu’il/elle sait bien faire (de ses talents, de ses ressources) et de ce qui fonctionne le mieux pour lui/elle, élaborer des stratégies efficaces pour accéder à son objectif, en établissant des plans d’actions progressifs.

Fort∙e d’une plus grande confiance en lui/elle et libéré∙e de ses doutes, le ou la coaché∙e pourra en outre faire meilleur usage de certains conseils qui lui sont prodigués (par son entourage, ses enseignant∙e∙s, les ateliers Réussir ses études, etc.) parce que capable de savoir lesquels lui correspondent.

Selon Gaelle Augé-Freytag, la différence principale entre un∙e coach et un∙e psychologue, c’est qu’en coaching on travaille sur comment atteindre son objectif, alors qu’en psychologie (hormis peut-être dans des formes de thérapies brèves cognitivo-comportementales) on cherche plutôt à comprendre pourquoi on fonctionne d’une façon ou d’une autre. D’autre part, l’accompagnement coaching est beaucoup plus bref qu’une psychothérapie.

A la fin de la présentation de Gaelle, nous avons écouté avec beaucoup d’intérêt le témoignage d’un étudiant de Master de la faculté de Sciences qui a suivi les séances de coaching. Pour lui, le coaching lui a permis de développer sa méthode de travail, de se libérer de ses doutes, de développer ses propres méthodes de travail en parvenant notamment à mieux hiérarchiser les informations du point de vue de leur importance. De plus, avec le coaching, il a maintenant un regard différent sur ses fonctionnements et plus confiance en lui. En outre, le coaching lui a permis de résoudre son problème de procrastination et de mieux définir ses objectifs.

Pour l’étudiant témoin, s’il y a une chose qu’il retiendra de l’Université, ce sera le coaching et il recommande à tous les étudiant∙e∙s qui rencontrent des problèmes de motivation, de confiance en soi ou de procrastination de ne pas hésiter à demander de l’aide.

Le service, proposé par Gaelle Augé-Freytag, coach certifiée, rencontre un grand succès. Fort de ce succès, celle-ci a proposé à la DIFE d’étendre ce service à tous les étudiant∙e∙s de l’Université et une discussion est en cours sur ce point. Si et dès que cela sera le cas, vraisemblablement courant 2017, les étudiant∙e∙s en seront largement informé∙e∙s.

Partagez vos notes sur Baripedia

Conçu initialement comme un site de rédaction collaboratif des notes de cours des étudiant∙e∙s du BARI (Relations internationales), le site Baripédia étoffe son offre. En cherchant à intéresser d’autres facultés, Simon Perdrisat, étudiant en master BARI et auteur/développeur du site, précise que celui-ci devrait s’appeler « Unipedia » dans un proche futur. Pour rendre le site plus convivial et attractif, quelques fonctionnalités ont été rajoutées ces derniers mois:

  • liens vers des ouvrages de référence libre de droit, téléchargeables au format pdf
  • ask unipedia (question2answer)
  • éditeur LaTeX pour l’édition de formules mathématiques
  • chat, qui permet, par exemple, de remonter des erreurs découvertes dans le texte

Actuellement, le site comptabilise quelques 7’000 visiteurs (uniques) par semaine et, typiquement, 1’000 par jour. Avec l’extension de ses contenus à d’autres facultés, ces nombres sont destinés à croître. La seule inquiétude concerne la relève: Simon Perdrisat arrive en effet au terme de son cursus et son souci est de trouver les forces nécessaires pour continuer cette belle aventure !

Citez vos sources avec Zotero

Sandrine Vinçonneau et Dimitri Donzé, de la Bibliothèque de l’UNIGE, ont présenté Zotero, un logiciel bibliographique gratuit et libre permettant de gérer efficacement les références bibliographiques et de les insérer à un travail académique.

Partant du principe que l’objectif de la table était de faire découvrir l’outil à un public néophyte, ils ont organisé leur présentation de façon à suivre les étapes logiques de la prise en main du logiciel, de l’installation à la création de bibliographies. Ont donc été abordés :

  • l’installation du logiciel, en tant que plugin pour Firefox ou en « Standalone », ainsi que celle des plugins ou connecteurs nécessaires
  • l’insertion de références, de façon manuelle mais surtout automatisée au moyen de l’outil « baguette magique » et du connecteur Firefox
  • l’organisation des références en collections thématiques ainsi que l’ajout de notes et mots-clés
  • l’insertion de citations dans un style prédéfini
  • la création et la gestion de bibliographies

Les interactions avec les participant∙e∙s ont permis d’aborder des fonctionnalités plus avancées, telles que la création de comptes Zotero, permettant de sauvegarder des références, ou l’insertion de types de documents particuliers, comme les vidéos ou les textes de loi.

De plus, un support et une liste de ressources complémentaires ont été mis à disposition des étudiant∙e∙s, afin qu’ils-elles puissent poursuivre seul∙e∙s l’exploration de l’outil.

Les quelques étudiant∙e∙s présent∙e∙s au premier BarCamp Ciel organisé spécifiquement pour eux, ont été très intéressé∙e∙s par la thématique. Ainsi, malgré un public clairsemé, les tables ont été bien visitées. Renseignement pris, il semble que l’horaire choisi (16:30 à 18:30) ne leur convient que très modérément. Le lieu, ensuite, semble les avoir quelque peu intimidé∙e∙s. L’expérience en tous cas est suffisamment positive pour que l’expérience soit renouvelée l’année prochaine.

Avec une communication mieux ciblée, par mailing et affiches, le succès devrait être au rendez-vous !

Ce billet a été rédigé collectivement par Patrizia Birchler Emery, Dimitri Donzé, Patrick Roth et Pierre Lehmann



Utiliser le Wi-Fi … oui mais lequel?

Nouveau-nouvelle à UNIGE ?
Ne passez pas à côté des services numériques qui vous facilitent la vie !

wifi

Le Wi-Fi
Inutile de vous expliquer ce qu’est le Wi-Fi.
Mais savez-vous que :

  • L’accès au Wi-Fi de l’UNIGE est gratuit (Mais évidemment, si vous utilisez le Wi-Fi depuis une connexion étrangère, des frais de roaming vous seront peut-être facturés par votre fournisseur)
  • Il y a plus de 1’200 antennes Wi-Fi sur l’ensemble du Campus pour vous garantir une excellente couverture
  • 4 réseaux Wi-Fi sont disponibles :

(suite…)



10ème BarCamp: 6 outils pour apprendre efficacement – le 6 décembre 2016

barcamp_10Chaque semestre, le groupe Ciel invite la communauté universitaire à participer à un BarCamp Ciel sur la thématique des technologies éducatives et de l’innovation pédagogique. Le BarCamp du semestre d’automne 2016 s’adressera plus spécifiquement aux étudiant·e·s et portera sur 6 outils pour apprendre efficacement. Comment réviser et organiser vos cours? Comment trouver une méthode de travail efficace pour mener à bien vos études universitaires? Comment développer votre propre méthode de travail? Comment citer vos sources facilement? Telles sont les questions auxquelles nous aimerions répondre avec vous.

Venez découvrir 6 outils pour apprendre efficacement à travers 6 tables rondes participatives, et partager un moment de convivialité !

Programme :

Maîtrisez l’information avec InfoTrack

Aurélie Vieux et Laure Mellifluo (DIS)

Venez découvrir InfoTrack, la nouvelle plateforme de formation aux compétences informationnelles proposée par la Bibliothèque de l’UNIGE. Sur 24 épisodes vidéo, on suit Anna et Fred, deux étudiants de l’UNIGE qui tentent avec humour de trouver des réponses à leurs questions de méthodes pour mener à bien leurs études universitaires.
Chaque étape de réalisation d’un travail académique est abordée: recherche documentaire, tri de l’information, fiabilité et pertinence des sources, citation ou encore plagiat. La maîtrise de ces compétences méthodologiques est un gage de réussite pour la rédaction et la présentation des travaux universitaires.

Révisez vos cours avec les flashcards

Patrick Roth (DiSTIC/NTICE)

Les Flashcards sont des outils efficaces pour réviser les notions clés de vos cours. Ils vous permettent de produire facilement sur votre ordinateur ou votre smartphone des cartes recto-verso virtuelles pour ensuite vous entraîner à mémoriser une matière. Lors du BarCamp, nous vous ferons découvrir 2 logiciels de Flashcards (Quizlet et AnkiApp) et nous vous expliquerons comment les utiliser efficacement.

Organisez vos cours grâce aux cartes conceptuelles

Mirjam Mekhaiel (DIFE/SEA)

Chaque étudiant·e traite l’information différemment. La logique du fil conducteur de la présentation de l’information (dans un enseignement ou dans les textes) ne correspond pas toujours à la logique de l’étudiant·e.
Travailler avec une carte conceptuelle (en anglais Concept Map) peut être une solution pour adapter la façon dont une information a été présentée, à la logique propre de l’étudiant·e.
Lors du BarCamp, je vous présenterai brièvement la technique de la carte conceptuelle sur papier et sur ordinateur, ainsi que des pistes pour renforcer votre apprentissage.

Développez votre propre méthode de travail grâce au coaching

Gaëlle Auge-Freytag (Faculté de Sciences)

La Faculté des sciences propose depuis mars 2015 du coaching pour les étudiant·e·s. Les étudiant·e·s qui font appel au service de coaching le font entre autres raisons parce qu’ils/elles souhaitent se sentir motivé·e·s et mieux réussir leurs études en trouvant une méthode de travail efficace. Grâce au coaching, ils/elles développent une meilleure compréhension de ce que sont leurs forces et talents, se débarrassent de leurs doutes et élaborent des stratégies de travail qui leur sont propres. A notre table, vous découvrirez plus précisément ce qu’est le coaching et je répondrai avec plaisir à toutes vos questions.

Partagez vos notes sur Baripedia

Simon Perdrisat (BARI)

Baripedia est un projet collaboratif par et pour les étudiant∙e∙s permettant le partage de notes sous forme ‘encyclopédique’. Fonctionnant sur la même base que Wikipédia, les étudiants sont libres d’ajouter, de modifier, de corriger ou d’améliorer le contenu des cours à disposition.

Citez vos sources avec Zotero

Sandrine Vinçonneau et Dimitri Donzé (CRBAS & CRMAI)

Des citations correctement formatées et une bibliographie cohérente sont indispensables à un travail académique de qualité. Zotero est un logiciel libre, gratuit et très simple d’utilisation qui vous permet d’optimiser ce processus et donc de gagner un temps précieux !

Venez découvrir comment l’utiliser efficacement et nous poser toutes vos questions.

La formule : C’est une rencontre informelle sous forme de tables rondes participatives et d’un apéritif convivial. Le BarCamp est une non-conférence ouverte : tou·te·s les participant·e·s sont invité·e·s à contribuer, à apporter quelque chose au BarCamp. Il y aura 3 sessions de 20 minutes, une fois le temps écoulé vous serez invité·e à changer de table.

Qui est invité ? Le BarCamp est ouvert à tous et toutes, et plus particulièrement à la communauté universitaire de l’UNIGE.

Quand ? Le mardi 6 décembre 2016, de 16h30 à 18h30

Où ? Hall d’Uni-Mail

Comment participer ? L’événement est limité à 100 inscriptions, merci de vous inscrire en ligne avant le 5 décembre 2016.

Enregistrer

Enregistrer



Se former à l’enseignement universitaire? Le pôle SEA offre des ateliers pour tous les goûts

Vous enseignez ce semestre ou le suivant et vous souhaitez:

  • Découvrir et appliquer des stratégies pour rendre vos étudiant∙e∙s actifs ?
  • Améliorer vos grilles d’évaluation des apprentissages ?
  • Prévenir le plagiat ? Mettre en place une première séance de cours originale pour le semestre de printemps ?
  • Vous lancer dans l’élaboration d’une vidéo d’apprentissage ?
  • Vous souhaitez tout simplement échanger avec d’autres enseignant∙e∙s de l’UNIGE ainsi qu’avec un∙e conseiller∙ère pédagogique du pôle de soutien à l’enseignement et l’apprentissage (SEA) ?

Ateliers programmés

Ci-dessous les dates des ateliers offerts par le pôle SEA pour le reste de l’année académique. Ces ateliers de formation et de partage de pratiques sont gratuits pour toutes les personnes enseignant à l’UNIGE et donnent lieu à des attestations. Alors profitez-en !

17 novembre : Plagiat et ghostwriting

9 décembre : Construire et utiliser une grille d’évaluation des apprentissages

16 décembre : Donner une note à la production d’un étudiant∙e

17-19-20 janvier : Enseigner pour apprendre

9 février : Réussir sa rentrée

22 février : Charge de travail et ECTS

10 mars : Favoriser l’apprentissage grâce au travail en groupe

14-16-17 mars : Evaluer pour progresser

22 mars : Mener une discussion avec mes étudiant∙e∙s

28 mars : Enseigner en auditoire: gérer l’interactivité

7 avril : Superviser des étudiant∙e∙s: entre autonomie et encadrement

27 avril : Elaborer une vidéo d’apprentissage

16 juin : Rédiger son plan de cours

26-30 juin : Formation à l’enseignement universitaire – communiquer, enseigner, évaluer

Ateliers sur demande

 

L’équipe des conseiller∙ères pédagogiques du pôle de soutien à l’enseignement et l’apprentissage (SEA)
sea@unige.ch



Choisir le bon outil pour créer ses Flashcards

Choisir le bon outil pour créer ses Flashcards

titre

Dans le billet “Réviser avec les Flashcards”, nous avions abordé le domaine des flashcards (ou cartes de questions-réponses numériques) d’un point de vue théorique en y définissant les concepts et usages dans l’apprentissage. Pour faire suite à ce billet, nous proposons un panorama des applications flashcards. Quatre applications ont ainsi été retenues : Quizlet, Studyblue, Cram et Ankiapp. Ces quatre applications ont pour dénominateur commun qu’elles proposent toutes deux modes : « création » de cartes et « révision ».

  • Le mode création, comme son nom l’indique, permet de créer des “piles” de cartes, une carte ayant comme caractéristique d’être constituée d’au moins deux faces: question et réponse. Nous verrons que certains outils flashcard intègrent une face supplémentaire.
  • Le mode révision, quant à lui, permet au sujet de réviser le contenu des cartes. Nous verrons que plusieurs formes de révisions peuvent être disponibles.

Comparatif

Les quatre applications vous seront décrites en détail et comparées. Pour être en phase avec notre précédent billet sur le sujet, nous avons comparé les quatre outils flashcards selon le scénario suivant :

  1. Nous avons tout d’abord créé nos cartes en utilisant le site Web de l’outil flashcard, au moyen du navigateur de notre ordinateur portable.
  2. Nous avons révisé nos cartes depuis l’applicatif flashcard installé sur notre smartphone Android.
  3. Nous avons finalement analysé les résultats de nos révisions depuis le navigateur Web sur notre ordinateur portable, puis depuis notre smartphone.

Le scénario que nous avons retenu étant spécifique, il est possible qu’il puisse y avoir de petites différences avec d’autres cas d’usages (par exemple la création de cartes sur smartphone iOS). L’ensemble des outils ont été comparés selon trois critères :

  1. Facilité d’usage.
  2. Richesse des fonctionnalités proposées.
  3. Typologie des questions pouvant être proposée (e.g., question descriptive, question conceptuelle, etc.).

Quizlet

Quizlet est un outil de flashcard adapté pour l’apprentissage des langues. Disponible sur Android et iOS, il permet très facilement de créer des piles de cartes. Sur Quizlet, chaque carte se compose d’une face contenant le “terme” (question) et d’une face contenant sa “définition” (réponse).

quizleteditor

Quizlet: éditeur de cartes

Pour compléter chaque face, le sujet a à sa disposition un éditeur très basique (pas d’option de fontes ni de couleurs) qui lui permet entre autre d’ajouter du contenu sonore et/ou des images. Notons que lors de l’ajout d’une image, Quizlet suggère des images pouvant représenter le terme.

Chaque pile de carte peut ensuite être utilisée par l’usager pour réviser. Quizlet offre quatre options de révision :

  • “CARDS”: présentation des cartes à la suite. Pour obtenir la réponse, l’usager doit tourner virtuellement la carte.
  • “LEARN”: l’usager doit écrire la définition du terme présenté. Le système définit si le terme a bien été écrit par l’usager.
  • “MATCH”: les termes et les définitions sont présentés à l’usager, qui doit assembler les bonnes paires (un peu comme pour le jeu “memory”).
  • “TEST”: le sujet peut vérifier ses connaissances en effectuant un test. Trois types de questions sont possibles: écrite, QCM et vrai/faux. A la fin de chaque test, le pourcentage de réponses correctes est affiché.

Quizlet offre également la possibilité de réviser des piles de cartes créées par d’autres usagers.

La présentation des résultats sous Quizlet est assez sommaire, chaque carte d’une pile étant classée dans une des quatre catégories :

  • “Souvent fausse”: la réponse donnée a été plus souvent fausse que juste.
  • “Parfois fausse”: la réponse a été juste dans 50 % des tentatives.
  • “Jamais fausse”: la réponse a toujours été juste.
  • “Jamais répondu”: la carte n’a jamais été révisée.

quizletvisual

Quizlet: présentation des résultats sur ordinateur

Bien que sommaire, cette présentation des résultats permet à l’usager d’obtenir un aperçu des cartes qu’il maîtrise de celles qu’il doit encore étudier.

En résumé, pour créer et réviser du vocabulaire ou une liste de termes spécifiques, Quizlet est un outil parfaitement adapté car il est facile à prendre en main et ses options de révision sont riches. Le minimalisme de son éditeur, ensemble avec une présentation des résultats rudimentaire ne permet pas de classer Quizlet comme un outil complet.

Studyblue

Egalement disponible sur Android et iOS, Studyblue permet de créer et de réviser des piles de cartes. Chaque carte peut contenir du texte, du contenu sonore et/ou des images. La création d’une pile de cartes est un peu plus laborieuse qu’avec Quizlet mais la richesse de son éditeur permet de créer une plus grande variété de questions (par ex. formules mathématiques). Lors de la création d’une carte, StudyBlue suggère des cartes similaires appartenant à d’autres piles de cartes dans le cloud.

studyblueeditor

StudyBlue: éditeur de texte

En outre, StudyBlue offre la possibilité d’importer des cartes aux format Excel (CSV ou XLS). Les cartes ainsi créées peuvent par la suite être partagées avec d’autres usagers.

En mode révision, trois options sont à disposition de l’usager :

  • “Bascule de carte”: chaque carte est présentée (terme/définition) à la suite. Après la présentation d’une carte, l’usager doit indiquer s’il pense avoir mémorisé (ou non) la carte. A la fin de chaque cycle, le pourcentage de cartes mémorisées est affiché.
  • “Revoir une fiche”: L’ensemble des termes/définitions sont présentés par lot de 5, 10, 20 ou tous sur une page.
  • “Effectuer un QUIZ”: comme sur Quizlet, l’usager peut tester ses connaissances en faisant un quiz. Le format des questions est la mêmes que sur Quizlet. L’usager peut en outre paramétrer le nombre de fiches qu’il veut tester. A la fin d’un test, le pourcentage de réponses justes est affiché. Le sujet peut ensuite refaire le test dans son entier ou uniquement revoir les réponses fausses.

La présentation des résultats est, quant à elle, encore plus sommaire que sur Quizlet. L’ensemble des résultats sont présentés dans leur globalité sous forme de quatre courbes donnant respectivement le pourcentage de cartes dont la réponse a été: a) toujours juste; b) souvent juste; c) juste la moitié du temps et d) souvent fausse. Impossible de faire le tri entre les cartes maîtrisées et celles qui posent problèmes.

studybluevisual

StudyBlue: présentation des résultats

En bref, Studyblue est un outil permettant la création de questions plus variées que sur Quizlet avec une prise en main sensiblement plus compliquée et une présentation des résultats plus que sommaire.

Cram

Cram est un outil disponible sur iOs et Android. La création de cartes est aussi simple que sur Quizlet, à savoir qu’après avoir créé une pile de cartes, l’usager peut ensuite ajouter autant de cartes qu’il le souhaite. Chaque carte se compose de trois faces : une face “front” contenant le terme, la seconde face “back” contenant sa définition et la troisième face “hint” contenant un indice. L’éditeur permettant de créer les cartes à disposition dans la version de base est très limité.

crameditor

Cram: éditeur de cartes

Il est possible de modifier la fonte d’un texte, d’ajouter des images et/ou d’importer des cartes depuis Googledocs. Comme pour Quizlet et Studyblue, il est également possible de partager ses piles de cartes avec d’autres usagers.

S’agissant du mode révision, trois options sont disponibles :

  • “Mémorisation”: similaire à l’option “Bascule de carte” de Studyblue, cette option présente chaque carte à la suite (c.-à-d. “recto” puis “verso”). L’usager peut également obtenir s’il le souhaite une lecture orale de chaque carte. Pour passer à la carte suivante, l’usager doit indiquer s’il pense avoir mémorisé cette dernière. A la fin d’une pile, Cram affiche le pourcentage de cartes que l’usager pense avoir mémorisé. En fonction de ce pourcentage, ce dernier peut réviser la pile s’il le souhaite.
  • “Cram mode”: quasiment identique à l’option “Memorisation”, cette option intègre une barre comprenant quatre niveaux. L’usager passe au niveau supérieur lorsqu’il pense avoir mémorisé plus de termes qu’au niveau précédent. Le niveau maximal est ainsi atteint lorsque tous les termes ont été mémorisés.
  • “Game”: deux jeux sont disponibles sur Cram à savoir “Jewel” et “Stellar”. Le fonctionnement de “Jewel” est similaire à celui de l’option “Match” de Quizlet, c’est-à-dire la découverte de paires “terme/définition”. Le principe de “Stellar” est quant à lui de sélectionner au “laser” les lettres composant le terme dont la définition est présentée à l’écran. Pour l’usager, le but est de réviser l’orthographe des termes.

La présentation des résultats à nouveau très rudimentaire et ne peut être obtenue qu’à la fin d’une révision.

cramvisual

Cram: présentation des résultats

Cram nous semble donc tout aussi facile à prendre en main que Quizlet et parfaitement adapté pour créer et réviser du vocabulaire ou une listes de termes spécifiques. Il reste cependant très limité pour présenter des résultats: dommage !

AnkiApp

Disponible sur iOS et Android, Ankiapp est sans doute l’outil le plus personnalisable de ceux présentés ici. Cependant, qui dit personnalisable dit souvent complexe à prendre en main. La création d’une pile de cartes s’effectue en deux temps: 1) création d’un “desk” (pile de cartes) et 2) ajout de cartes. Lors de la création d’un desk, l’usager nomme et décrit la pile. Ankiapp permet également l’ajout des tags (mots-clés) et/ou de modifier la structure visuelle des cartes.

Après avoir créé le desk, l’usager peut ajouter des cartes. Chaque carte comprend deux faces (appelées front/back) pouvant contenir du texte et/ou des images. L’éditeur d’AnkiApp permet d’effectuer des modifications simples sur la fonte et/ou sur la couleur d’un texte. La structure visuelle de chaque face peut également être personnalisée.

ankiappeditor

AnkiApp: éditeur de cartes

Le mode révision n’est composé que d’une seule option. Équivalente à l’option « Memorize » de CRAM, elle présente d’abord le terme (recto) puis, en appuyant le bouton « flip », sa définition (verso). Pour passer à la carte suivante, l’usager doit estimer le niveau de difficulté (croissant entre 1 et 4) avec lequel il a mémorisé le terme. A la fin de la révision, Ankiapp offre un récapitulatif complet sur des cartes révisées par l’usager. Ce dernier peut ainsi connaître pour une pile de cartes le pourcentage global des cartes mémorisées, le nombre moyen de cartes qu’il a révisées par jour ainsi que le nombre de cartes par niveau de difficulté estimée. Notons qu’il est également possible d’obtenir une statistique globale pour l’ensemble des piles de cartes révisé (par exemple : nombre de cartes révisées par jour, au total, pourcentage de cartes mémorisées par pile, etc.).

ankiappvisual

AnkiApp: présentation des résultats

Bien que riche du point de vue de sa personnalisation et de la présentation des résultats, Ankiapp reste une application plus complexe à prendre en main que Quizlet et Cram. De plus, elle propose moins d’options de révision.

Conclusion

Dans ce billet, nous vous avons présenté et comparé quatre outils de flashcards disponibles sur smartphones, tablettes et ordinateurs. La comparaison des quatre outils s’est faite à partir d’un scénario d’usage strict basé sur trois tâches : création de cartes, révision et visualisation des résultats. Les critères que nous avons retenus tiennent compte de la facilité d’usage, de la typologie des questions possibles, des options de révision et de la qualité de la présentation des résultats.

Sur la base des résultats obtenus lors de notre comparaison, Quizlet nous semble être l’outil qui répond le mieux à nos exigences. Très facile à prendre en main, il offre une grande variété d’options de révision. Sa limitation en terme de typologie de questions destine cependant Quizlet avant tout à la révision de vocabulaire ou de termes spécifiques.

AnkiApp, à l’inverse, est un outil offrant une grande variété de questions ainsi qu’un bon outil de visualisation des résultats. Sa complexité lors de la prise en main, combinée au nombre limité d’options de révision en sont sa limite.

S’agissant de StudyBlue et Cram, les résultats de notre comparaison nous ont montré qu’ils sont moins adaptés aux exigences fixées que Quizlet et AnkiApp.

Étant donné qu’aucun outil répond entièrement à toutes les exigences, il est nécessaire au préalable de pouvoir répondre aux deux questions suivantes :

  • Pour quel type d’apprentissage puis-je utiliser cet outil ?
  • Quels types de question aurais-je à traiter lors de mon examen ?

La réponse à ces deux questions vous permettra choisir l’outil qui répond le mieux à vos attentes. Pour finir, essayez dans la mesure du possible de répondre à ces questions en considérant l’ensemble des cours que vous aurez à suivre pendant votre cursus universitaire.

Enregistrer

Enregistrer