• Les ressources éducatives libres: conférence, 11 mai 2023
    Les ressources éducatives libres: conférence, 11 mai 2023
  • Lunch and Learn
    Lunchs Pédagogiques : venez partager sur des thématiques vives dans l'enseignement !
  • Ateliers pour votre doctorat
    N'hésitez pas à vous inscrire et découvrez notre offre complète d'ateliers pour votre doctorat !
  • Ciel cherche: rédacteurs/trices

Le Podcast : une petite révolution pour l’apprentissage autonome et l’enseignement expérientiel

Introduction

Le podcast est un format audio numérique qui a connu une croissance exponentielle depuis sa création au début des années 2000. Le podcast est devenu une plateforme de choix pour créer et partager des contenus audio avec un public large et diversifié. Le CFCD a d’ailleurs lancé, fin 2020, son propre podcast, LifeLongLearning@UNIGE. Largement utilisé pour le divertissement et la culture, il est également de plus en plus utilisé dans l’enseignement et à des fins d’apprentissage autonome. En effet, les podcasts offrent de nombreux avantages pour les enseignant-es et les étudiant-es, notamment en termes de flexibilité, d’accessibilité et d’engagement. Les étudiant-es, tout comme les enseignant-es, cherchent des moyens plus interactifs apprendre. Dans ce contexte, l’utilisation du podcast dans l’enseignement offre une opportunité unique pour une pédagogie plus expérientielle (voir notamment C. Peltier, 2016).

Flexibilité

Les podcasts permettent aux enseignant-es de créer des contenus éducatifs plus flexibles et adaptés à la diversité des apprenant-es. Les enseignant-es peuvent par exemple utiliser le podcast afin de fournir des exemples pratiques et des études de cas qui sont difficiles à présenter en classe. De plus, les podcasts donnent la possibilité aux enseignant-es de donner la parole à des expert-es et des praticien-nes qui peuvent ajouter de la crédibilité et de la profondeur au contenu pédagogique.

Accessibilité

Les podcasts permettent aux étudiant-es d’apprendre de manière autonome et personnalisée. Pouvant être téléchargés et écoutés à tout moment, les étudiant-es peuvent y accéder en déplacement, à la maison ou dans un café et ainsi s’approprier le contenu pédagogique à leur propre rythme. Ceci est particulièrement utile pour ceux/celles qui ont des horaires chargés ou qui vivent loin du campus. Les podcasts sont également une excellente option pour les étudiant-es ayant des besoins spécifiques, tels que ceux/celles ayant des troubles de l’attention ou des problèmes de vision.

Engagement : vers une pédagogie expérientielle

Les podcasts sont un moyen efficace d’engager les étudiant-es dans le processus d’apprentissage. Ils peuvent être utilisés pour créer des discussions en classe, des activités de réflexion et des tâches d’évaluation. Mais au-delà d’être un moyen additionnel et innovant permettant aux étudiant-es d’accéder à des contenus de cours de manière plus flexible, les podcasts offrent également des opportunités en termes d’enseignement expérientiel. La pédagogie expérientielle est une méthode d’enseignement qui repose sur l’expérience pratique et l’application des connaissances dans des contextes réels. Elle est de plus en plus utilisée pour répondre aux besoins des étudiant-es qui cherchent à développer des compétences pratiques et à acquérir une expérience de travail pertinente. En donnant la possibilité aux étudiant-es de produire et de partager leur propre contenu, le podcast peut ainsi non seulement favoriser l’apprentissage, mais également aider au développement de compétences en communication et en collaboration, ainsi qu’au renforcement de capacités réflexives de l’étudiant-e (voir notamment G. Temperman, Gaëtan et B. De Lièvre, 2009).

Exemples d’utilisation du podcast dans l’enseignement

Les podcasts peuvent être utilisés de différentes manières dans l’enseignement. Voici quelques exemples :

Enregistrement de cours

Les enseignant-es enregistrent des cours et les téléchargent sur une plateforme d’apprentissage en ligne pour que les étudiant-es puissent les écouter à leur guise.

Création de contenus pédagogiques

Les enseignant-s enregistrent des podcasts pour fournir des informations supplémentaires sur un sujet particulier ou pour aider les étudiant-es à se préparer à des tâches d’évaluation. Des invité-es et expert-es peuvent être également mis-es à contribution via une interview ou un exposé en podcast afin de compléter ou d’illustrer le contenu d’un cours.

Commentaires et réflexions

Les enseignant-es peuvent enregistrer des commentaires et des réflexions sur le travail des étudiant-es et les télécharger sur un environnement d’apprentissage en ligne pour que les étudiant-es puissent y accéder.

Activités d’apprentissage expérientielles

Les enseignant-es peuvent proposer aux étudiant-es de créer leurs propres épisodes de podcast avec différents objectifs pédagogiques possibles : revue de littérature, synthèse d’un cours et de ses concepts clés, commentaires et réflexions sur le travail d’autres étudiant-es, ou encore présenter un argumentaire sur une thématique donnée.

Retour d’expérience : utilisation du podcast comme outil d’évaluation

Le Professeur Giuseppe Ugazio (Faculté GSEM) a choisi le podcast comme outil d’évaluation pour son cours de Bachelor “Art and Philanthropy”. Il y voit les avantages suivants :

Responsabilise l’étudiant-e

Les étudiant-es disposent de beaucoup de temps pour rassembler tout le matériel dont ils/elles ont besoin pour identifier le contenu pertinent, ce qui encourage au développement de compétences organisationnelles (planification, organisation, priorisation).

Contribue à la structuration de la pensées/des idées

On demande souvent aux étudiant-es de rédiger des essais/papiers, mais rarement de structurer une présentation orale enregistrée à des fins de diffusion.

Stimule la créativité

Les podcasts offrent un format assez flexible. Par exemple, certain-es étudiant-es peuvent opter pour un style d’interview, d’autres pour la description d’une histoire. Les productions peuvent également être « embellies » par de la musique, des sons et des commentaires, rappelant ainsi ce qui est souvent fait pour accompagner la publication de photos ou de vidéos sur des réseaux sociaux tels qu’Instagram.

Diversifie la manière d’évaluer

Du point de vue de l’enseignant-e, il peut être également agréable de varier et d’écouter des évaluations, plutôt que de lire le texte équivalent.

Sur la base des retours de le part du Professeur Ugazio et d’autres enseignant-es, nous avons également identifié quelques inconvénients et risques potentiels à prendre en compte avant de scénariser une utilisation du podcast dans le cadre d’un cours :

Attention à l’égalité de traitement

Certain-es étudiant-es peuvent être timides à l’oral et préfèrent écrire. Certain-es peuvent également être désavantagé-es car leur langue maternelle n’est pas celle du cours en question. Donner la possibilité aux étudiant-es de rédiger le texte et le lire ensuite (ou le faire lire) peut contribuer à amoindrir ce problème.

Difficultés techniques

Si certain-es sont plus doué-es pour « colorer » les podcasts, d’autres peuvent trouver cela fastidieux. Cependant, le Professeur Ugazio souligne que de très beaux podcasts peuvent être créés avec un minimum d’effort (par exemple, ajouter une piste musicale demande très peu d’effort et ne nécessite que des compétences basiques).

Pas adapté à tous les contextes pédagogiques

Le podcast ne conviendra pas forcément dans les cas ou des aspects très techniques doivent être démontrés, ou lorsque de nombreuses références doivent être faites. Par exemple, il sera difficile d’utiliser le podcast pour décrire une formule mathématique ou une ligne de code, sans support visuel.

Pas idéal pour les devoirs plus longs

Il peut être très long et fatigant de produire (ainsi que d’écouter/de corriger) un podcast de plus de 10 minutes. L’objectif du devoir et les critères d’évaluation doivent donc être précis et limités.

Conclusion

Les podcasts offrent de nombreux avantages pour l’enseignement, notamment en termes de flexibilité, d’accessibilité et d’engagement. Les enseignant-es peuvent enregistrer des cours, des discussions en classe et des commentaires pour aider les étudiant-es à rester engagés dans leur propre processus d’apprentissage. Les podcasts sont également une option pratique pour les étudiant-es ayant des besoins spécifiques, tels que les étudiant-es ayant des troubles de l’attention ou des difficultés de lecture. En outre, les podcasts peuvent être utilisés pour fournir du contenu pédagogique supplémentaire et aider les étudiant-es à se préparer à des tâches d’évaluation. Plus important encore, le podcast représente une petite révolution pour l’apprentissage autonome et l’enseignement expérientiel.

En somme, les podcasts offrent un potentiel énorme pour l’enseignement, permettant aux enseignant-es de créer des contenus et scénariser des activités pédagogiques flexibles et engageantes pour les étudiant-es. En combinant les méthodes d’enseignement traditionnelles avec les podcasts, les enseignant-es peuvent offrir aux étudiant-es une expérience d’apprentissage plus variée, efficace et expérientielle.



Du nouveau sur Moodle

Cet été, les utilisateurs et utilisatrices de Moodle@UNIGE découvriront la nouvelle version de la plateforme Moodle. Celle-ci a été réorganisée et certaines pages ont été simplifiées afin d’en faciliter l’utilisation. Il est à noter que certaines adaptations ont été réalisées en tenant compte des retours d’un panel d’étudiant-e-s et enseignant-e-s de l’UNIGE.

Voyons maintenant les nouveautés principales de la plateforme :

Nouvelle navigation

L’un des éléments-clés de cette nouvelle version repose sur une navigation simplifiée vers les espaces de cours. Ces derniers peuvent être présentés soit sous la forme d’une liste (figure de gauche ci-dessous) soit par des cartes (figure de droite ci-dessous).

Présentation des cours sous forme de liste

Présentation des cours sous forme de cartes

La navigation a également été repensée dans les espaces de cours où il sera plus facile de se déplacer entre les différentes sections en utilisant pour cela un menu situé à gauche, comme nous le montre l’image ci-dessous.

Présentation dans un espace de cours

Amélioration de la banque de questions

Afin de répondre aux nombreuses critiques des usagers/ères concernant l’activité « Test » et plus particulièrement la création de questions, le plugin de la banque de question a été également repensé. Il sera entre autres possible de facilement afficher ou masquer certaines options comme les commentaires.

Présentation de la banque de questions comprenant l’affichage du statut

Il sera également possible d’informer sur l’état d’une question (par ex. « Brouillon » ou « Prête ») ainsi que de voir l’historique de ses versions.

Notification lors de la mise à jour de contenus

Une fonctionnalité également très demandée par les étudiant-e-s est la notification lorsqu’un nouveau contenu a été ajouté par l’enseignant-e dans l’espace de cours.

Option permettant l’envoi d’une notification lors de l’ajout d’un nouveau contenu

Pour obtenir une liste détaillée des nouveautés, veuillez-vous rendre sur la page suivante.

Une plateforme de test sera proposée aux enseignant-e-s d’ici la fin du semestre de printemps afin de leur permettre de tester et de se familiariser avec la future plateforme.



Retour sur les ateliers Take Over

Lors de la semaine d’études libres du précédent semestre, l’UNIGE a organisé le premier Take Over au cours duquel 11 étudiant-es ont proposé 20 modules d’apprentissage numérique à d’autres étudiant-es de l’Université. Ces activités allaient de la programmation R à la cybersécurité en passant par l’introduction au webdesign.

Pour rappel, le projet TAKE OVER visait à créer un espace d’apprentissage des compétences numériques par et pour les étudiant-es de l’UNIGE. Ces derniers-ères ont été appelé-es à faire des propositions de formation considérées comme pertinentes pour leurs pairs. Une fois ces propositions validées, les participant-es ont été accompagné-es par des techno-pédagogues de l’UNIGE dans la conception des contenus pédagogiques dispensés durant ces formations.

Ces ateliers d’une durée d’une demi-journée ont ainsi accueilli en moyenne 18 étudiant-es de toutes les facultés (sauf la Théologie). Parmi ces étudiants-es, 37% étaient en Bachelor, 47% en Master et 16% en doctorat. Les cours les plus populaires ont été :

  • Introduction aux statistiques et à la programmation en R (35 inscrit-es)
  • Introduction à la collecte de donnnées en ligne (web scraping) avec R (33 inscrit-es)
  • Introduction à Python pour la recherche scientifique (31 inscrit-es)

Les retours ont été très positifs aussi bien de la part des participants-es que des animateurs-trices, qui ont tout particulièrement apprécié le concept, le format des ateliers ainsi que les thématiques proposées, qui étaient très proches de leurs besoins.

Ces retours très positifs ont motivés les organisateurs-trices à réitérer l’expérience lors du prochain semestre d’automne 2023 – 2024.



Compétences numériques des enseignants dans la formation continue : des nouvelles de l’approche à trois niveaux

Ce billet est proposé par la Dre Jue Wang Szilas et la Dre Patrizia Birchler Emery, CFCD.

Les défis liés à la transformation numérique des programmes de formation continue de l’Université de Genève et les solutions développées par le Pôle programme, pédagogie & partenariats du Centre pour la formation continue et à distance de l’UNIGE (CFCD), ont déjà fait l’objet d’un billet de blog en décembre 2021.

A cette occasion, nous avions détaillé les solutions proposées par notre Pôle pour soutenir la transformation numérique de nos programmes, plus particulièrement dans le cadre du renforcement des compétences numériques des équipes enseignantes. Nous avions également brièvement présenté l’auto-formation Moodle « option seuil », qui a pu être proposée aux collaborateurs et collaboratrices des programmes de formation continue à partir de février 2022.

A la suite de l’ouverture de l’auto-formation, notre Pôle a continué à travailler sur l’amélioration des formations proposées. L’approche adoptée pour développer les modèles d’apprentissage est celle de la recherche orientée par la conception, en anglais Design-Based Research.

La recherche orientée par la conception : brève présentation

La recherche orientée par la conception (Sanchez, 2015), en anglais Design-Based Research (désormais DBR) est une approche méthodologique de recherche utilisée par les chercheurs/euses et les praticien-nes des sciences de l’apprentissage, visant à développer des solutions aux problèmes. Wang et Hannafin (2005) en saisissent les caractéristiques essentielles :

a systematic but flexible methodology aimed to improve educational practices through iterative analysis, design, development, and implementation, based on collaboration among researchers and practitioners in real-world settings, and leading to contextually-sensitive design principles and theories” (p. 6)

Selon le Design-Based Research Collective (2003), un projet présentant les caractéristiques typiques de la RBD devrait inclure les éléments suivants :

  • Ses objectifs sont de résoudre des problèmes actuels du monde réel.
  • Les chercheurs/euses et les praticien-es (qui peuvent être les mêmes personnes) sont pleinement impliqué-es dans le projet.
  • Il est contextualisé car les résultats de la recherche sont liés à la fois au processus de conception qui a produit les résultats et à l’environnement dans lequel la recherche a été menée.
  • Les interventions de conception sont continuellement améliorées pour les rendre plus applicables à la pratique.

Comme le présentent Collins et al. (2004) et Reeves (2000), l’approche DBR comporte généralement quatre étapes :

1) Analyse : les chercheurs/euses identifient un problème qui doit être résolu ;

2) Conception : ils/elles développent une solution potentielle, généralement sous la forme d’un outil ou d’un modèle pédagogique qui pourrait résoudre le problème ;

3) Test et amélioration : ils/elles testent l’outil ou le modèle pédagogique dans un contexte réel et le perfectionnent pour obtenir de meilleurs résultats ;

4) Évaluation et réflexion : les chercheurs/euses réfléchissent aux résultats de l’expérience, identifient les caractéristiques des outils pédagogiques qui ont permis de résoudre les problèmes initiaux, révisent les aspects qui n’ont pas été utiles à l’apprentissage et déterminent le principe de conception. Cela conduit à un autre cycle de recherche consistant à concevoir, tester, évaluer et réfléchir pour améliorer la conception pédagogique en faveur de l’apprentissage. Le processus itératif peut être caractérisé par la figure ci-dessous :

(d’après Reeves [2000], p. 59)

La solution « à trois niveau » dans la spirale de la DBR

Notre projet de solution « à trois niveaux » a traversé les quatre étapes au cours de deux cycles de conception de 2019 à 2022. Le premier cycle de conception a duré de 2019 à 2020. Ce cycle était axé sur le perfectionnement du modèle de transformation à « trois niveaux » et sur les ateliers de formation aux compétences numériques destinés à soutenir sa réalisation. Les retours nous ont permis de réfléchir à une réorganisation des ateliers, avec des objectifs plus ciblés et des formats plus adaptés. De mai à octobre 2021, dans un deuxième cycle de conception, le modèle a donc été repensé, cette fois-ci en se concentrant davantage sur les compétences nécessaires pour la réalisation de cours en ligne répondant au niveau de qualité standard exigé dans nos programmes de formation continue. Une auto-formation Moodle niveau seuil a été proposée, testée et lancée dans un cadre plus large. Nous sommes actuellement dans la phase d’évaluation de ce cycle pour identifier les éléments susceptibles d’être améliorés.

Le projet a été présenté lors du congrès annuel d’EDEN (European Distance and E-Learning Network), en juin 2022, et a suscité un vif intérêt en raison de la clarté de sa conception et, surtout, de son approche très pragmatique qui en rend la réalisation aisée et abordable. La présentation a également fait l’objet d’un article dans les actes de la rencontre.

La solution « à trois niveaux » : développements futurs

Mais le projet n’en est pas terminé pour autant. En effet, une vraie recherche orientée par la conception ne peut se baser que sur deux cycles de conception, c’est pourquoi un troisième cycle est déjà en cours. Dans ce troisième volet, nous travaillerons sur plusieurs plans : amélioration de l’existant, c’est-à-dire l’auto-formation (perfectionnement grâce à l’analyse des données d’apprentissage, passage à Moodle 4.0, utilisation d’autres outils pour un apprentissage plus interactif), puis développement d’un cours en ligne pour l’option standard, redéfinition du niveau avancé et proposition de solutions d’apprentissages adaptées.

Références bibliographiques

Approche à trois niveaux du CFCD 

Wang Szilas, J., Birchler Emery, P. (2021). Une approche à trois niveaux pour soutenir la transformation numérique de la formation continue, https://ciel.unige.ch/2021/12/une-approche-a-trois-niveaux-pour-soutenir-la-transformation-numerique-de-la-formation-continue/

Wang Szilas, J., Birchler Emery, P. (2022). Training Digital Competences of Educators in Continuing Education: A Three-Level Approach. In: Väljataga, T., Laanpere, M. (eds) Shaping the Digital Transformation of the Education Ecosystem in Europe. EDEN 2022. Communications in Computer and Information Science, vol 1639. Springer, Cham., pp. 127-136, https://doi.org/10.1007/978-3-031-20518-7_10

 

Design-Based Research

Collins, A., Joseph, D., Bielaczyc, K. (2004). Design Research: Theoretical and Methodological Issues, The Journal of The Learning Sciences, 13(1), pp.15-42, https://doi.org/10.1207/s15327809jls1301_2

Design-Based Research Collective (2003). Design-Based Research: An Emerging Paradigm for Educational Inquiry. Educational Researcher, Vol. 32, No. 1, p. 5, https://doi.org/10.3102%2F0013189X032001005

Reeves, T. C. (2000). Enhancing the Worth of Instructional Technology Research through Design Experiments and Other Development Research Strategies, Paper presented on April 27, 2000 at Session 41.29, International Perspectives on Instructional Technology Research for the 21st Century, a Symposium sponsored by SIG/Instructional Technology at the Annual Meeting of the American Educational Research Association, New Orleans, LA, USA

Sanchez, E., Monod-Ansaldi, R. (2015). Recherche collaborative orientée par la conception. Un paradigme méthodologique pour prendre en compte la complexité des situations d’enseignement-apprentissage. Education & Didactique, 9(2), pp. 73-94, https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2288

Wang, F., Hannafin, M. J. (2005). Design-based research and technology-enhanced learning environments. Educational technology research and development, 53(4), pp. 5-23, https://doi.org/10.1007/BF02504682

 



Virtual Exchange : suivre des cours offerts par des universités partenaires à l’international depuis chez soi

Mélanie Poy, coordinatrice du projet Virtual Exchange, et Christelle Bozelle, responsable de la Cellule MOOC à l’UNIGE

Depuis le semestre d’automne 2020, le programme Virtual Exchange offre la possibilité aux étudiant-es de l’Université de Genève de s’inscrire gratuitement à des cours en ligne donnés par un total de 16 universités partenaires. L’UNIGE fait à présent partie de 3 consortiums de mobilité virtuelle regroupant plusieurs institutions renommées à l’international : la Ligue européenne des universités de recherche (LERU), le Réseau d’excellence des dirigeantes et dirigeants universitaires en gouvernance et en gestion (eMobi@Dg2) et l’Alliance 4EU+ (Shared Courses). Ces accords permettent d’offrir plus de 100 cours en ligne dans une grande variété de domaines. Les cours sont donnés principalement en anglais et en français, mais également dans d’autres langues (allemand, espagnol, italien, etc.). Le programme de Virtual Exchange offre de nombreux avantages aux étudiant-es à savoir:

  • Pas de frais supplémentaires : les étudiant-es de l’UNIGE bénéficient d’un accès totalement gratuit aux cours
  • Une grande flexibilité : La majorité des cours peuvent être suivis de manière asynchrone, ce qui permet aux étudiant-es de les intégrer plus facilement à leur propre emploi du temps.
  • La validation de crédits : Les cours suivis en Virtual Exchange sont crédités dans le cursus académique des étudiant-es sous réserve d’accord des facultés.
  • Une offre de cours enrichie : Les étudiant-es ont accès à une grande variété de cours dans une multitude de domaines. Ces cours offerts par des universités et professeurs réputés à l’international permettent par ailleurs de découvrir de nouvelles perspectives académiques, des approches pédagogiques différentes, ainsi que des exemples et des cas d’étude basés sur des contextes différents.
  • Un enrichissement de son profil : En accédant à une variété de cours et de programmes en ligne, les étudiant-es peuvent avec l’accord de leurs conseillers et conseillères académiques, personnaliser davantage leur cursus en sélectionnant ceux qui correspondent le mieux à leurs centres d’intérêt et à leurs aspirations professionnelles.
  • Un accès à des cours internationaux : Malgré le fait que ce type de programme ne puisse remplacer une expérience de mobilité physique, il peut néanmoins constituer une expérience internationale intéressante en permettant aux étudiant-es de rencontrer virtuellement d’autres étudiant-es et éventuellement de développer leur réseau à l’international.

Pour découvrir l’offre de cours (enrichie chaque semestre) et plus de détails sur la procédure d’inscription, consultez la page internet >>